Belgique

Les FDF ont fait part jeudi de leur opposition à un projet loi sur le survol aérien préparé par la ministre fédérale de la Mobilité Jacqueline Galant sauf s'il est précédé d'un "vrai plan qui défende cette fois les habitants survolés, qu'ils soient Bruxellois ou de sa proche périphérie, et non pas les seuls lobbies de Brussels Arirport". Ils ont réitéré leur principale exigence: la suppression des vols de nuit de 22h à 7h du matin. Cette prise de position est intervenue à la veille d'un débat sur ce dossier au parlement bruxellois et au lendemain de la diffusion d'une série de propositions de l'association de riverains bruxellois "Pas Question", qui a fait sourciller les associations de riverains de la périphérie est.

Pour les FDF, les ministres Galant et Frémault doivent toutefois se saisir rapidement de cette initiative citoyenne afin d'en étudier tous les impacts en ce compris sur les quartiers survolés via les vols empruntant la piste 01-19.

"Il est impératif de soulager les quartiers densément peuplés, spécialement à l'est de Bruxelles et sous la route du Canal", ont ainsi souligné Olivier Maingain, Bernard Clerfayt et Caroline Persoons.

A leurs yeux, les Bruxellois doivent s'entendre, via leur parlement régional et la conférence des bourgmestres de la capitale, sur un texte fort afin de rester unis dans leurs revendications.

"Sur base des relevés de l'IBGE communiqués ce mardi 13 octobre aux bourgmestres, 56% de plaintes proviennent de l'est de Bruxelles. Les citoyens sont à bout. Le travail des associations ne peut être balayé d'un revers de la main par la ministre Galant, toujours plus attentive aux lobbies économiques flamands ou des Compagnies aériennes qu'aux intérêts des habitants", ont ajouté les FDF.

Selon eux, la ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Fremault (cdH), qui a rencontré les bourgmestres bruxellois mardi, doit rendre publiques rapidement ses nouvelles mesures de normes de bruits "très instructives sur les nuisances endurées par les Bruxellois".