Belgique

Plusieurs membres des commissions Economie et Santé publique réunies à la Chambre ont réaffirmé jeudi leur volonté de consulter le rapport que l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) avait transmis à l'ancien ministre de l'Agriculture Willy Borsus, le 25 juillet. 

Ils souhaitent connaître l'état des connaissances à ce moment sur la contamination d'oeufs à l'insecticide fipronil. Denis Ducarme, qui a succédé à Willy Borsus à l'Agriculture le 29 juillet, avait déjà refusé la semaine dernière de publier ce rapport, invoquant une crainte d'entrer dans une logique "politicienne".

Jeudi, il s'y est à nouveau opposé, mais a justifié sa position par le respect du secret judiciaire.

"J'ai voulu m'assurer que le juge d'instruction m'autorisait à publier le rapport", a-t-il expliqué. Mais le juge d'instruction a notifié son "opposition formelle" à voir le document publié.

Plusieurs députés de l'opposition ont suggéré que les éléments devant rester secrets soient biffés du rapport avant que celui-ci soit rendu.

Denis Ducarme a ensuite souligné qu'il n'avait "aucune objection" à voir la Chambre demander elle-même au juge d'instruction de consulter le rapport.

Les commissions de l'Economie et de la Santé publique se sont réunies jeudi à partir de 14h30 à la Chambre afin de discuter de l'ordre des travaux à mener au sujet de la crise du fipronil. Des millions d'oeufs européens ont été contaminés par cet insecticide pourtant interdit dans la chaîne alimentaire. Des enquêtes sont en cours en Belgique et aux Pays-Bas pour faire la lumière sur le problème.

Denis Ducarme a par ailleurs confirmé qu'un agent de liaison serait nommé pour assurer la communication entre l'Afsca et son homologue néerlandais la NVWA.