Belgique Le régime de tolérance appliqué par la Belgique à l’égard du proxénétisme conduit à une situation hypocrite. Les prostitué(e)s n’ont pas les mêmes droits que les autres travailleurs sous contrat. Dans une carte blanche, des magistrats, des avocats, des syndicalistes et Espace P exigent le respect de leurs droits sociaux.

Les bars s’égrènent le long de la N4, entre Gembloux et Namur. "Le Paradis", "Le Jet Set", "Le Rio", "Les Démons", "Le Club 12", "Le Lolita", "Le Castel", "L’Amazone", le "JDD", l’"Xtase", le "Blue Girls"… Les néons bleus et roses n’éclairent pas que les vitrines. De nombreux panneaux annoncent qu’on y "cherche serveuses" ou "demande hôtesses"

Jennifer (c’est un pseudonyme), 35 ans, soupire : "On sent la crise". Quand elle a commencé dans la prostitution, il y a 18 ans, elle savait qu’en revenant le soir, elle aurait gagné autant. Ce n’est plus le cas. On ne peut plus prévoir. S’il y a des jours avec, il y a plus de jours sans… "C’est un métier qui suit la courbe de la situation économique". Aujourd’hui, en fin de mois, "c’est toujours la surprise".