"On n’est pas des Serbes !"

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Une des demandes qui a été formulée par le CDH de Joëlle Milquet, lors de ces huit semaines de négociation, concernait la problématique du ring autour de Bruxelles et les accès à la capitale depuis la périphérie. Cette demande a eu le don d’ulcérer tant le CD&V que la N-VA. "C’est incroyable, avec ce genre de demandes, Joëlle Milquet prend vraiment les Flamands pour des Serbes ! , se plaint-on encore aujourd’hui avec véhémence dans le camp flamand. C’est un peu comme si on voulait encercler la capitale et couper tous les points d’accès"

Mais quelle est, au fait, cette problématique ? La Région bruxelloise et la Région wallonne reprochent à la Région flamande de vouloir fermer d’autorité certains accès ou sorties du Ring pour des raisons environnementales, botaniques ou de protection de la faune et de la flore. Et les deux sorties visées sont :

- celle de Hoeilaart qui donne accès à Uccle via la forêt de Soignes;

- celle de Tervuren qui donne accès à Woluwe-Saint-Pierre par l’avenue de Tervuren.

Les Bruxellois veulent donc un accord de coopération entre les différentes Régions portant sur ces matières. L’accord de coopération devrait notamment intégrer les incidences environnementales et, en terme de mobilité, l’impact de ces fermetures des sorties d’autoroute. C’est que tout le trafic routier se reporterait sur d’autres communes comme Rhode-Saint-Genèse et Watermael (dans le premier cas); et Wezembeek-Oppem (dans le second cas). Cet accord de coopération devrait aussi envisager la problématique de l’élargissement du Ring entre la sortie A12 à Meise et l’E40 à Sterrebeek, estime-t-on dans le camp francophone.

Côté flamand, on a interprété cette demande du CDH comme une intolérable ingérence dans la politique intérieure flamande et comme une tentative de mainmise francophone sur la périphérie bruxelloise.

Publicité clickBoxBanner