Belgique

Le groupe américain Lockheed Martin (LM), constructeur de l'avion de combat F-35 Lightning II - en lice pour la succession des F-16 belges - et l'un de ses fournisseurs conclueront dans les prochaines semaines deux accords avec l'industrie belge pour répondre aux préoccupations du gouvernement d'obtenir un retour économique en cas d'achat de cet appareil, a-t-il annoncé jeudi.

La réponse de Lockheed Martin aux "intérêts essentiels de sécurité" - invoqués par le ministère de la Défense dans l'appel d'offres adressé en mars dernier à cinq agences étatiques représentant chacune un appareil candidat au marché - "réitère l'engagement de LM à développer et consolider des partenariats technologiques sur le long terme en Belgique pour la fabrication, la réparation et la mise à niveau du F-35 ainsi que d'autres plates-formes", a précisé le groupe dans un communiqué.

La reconnaissance de ce partenariat prendra la forme de la signature de "Memoranda of Understanding" (MoU) entre Lockheed Martin et des acteurs-clés de l'industrie aéronautique en Belgique.

Le premier sera signé le 25 janvier avec la société ASCO Industries de Zaventem. "Les propositions de Lockheed Martin pour répondre aux intérêts essentiels de sécurité de la Belgique incluent des activités "additionnelles" et "conséquentes" pour ASCO, qui devraient "stimuler sa croissance et renforcer son expertise en tant que fournisseur de pièces usinées de pointe", selon LM.

Un second MoU sera signé le 29 janvier entre la société Belgian Engine Center (BEC) basée à Herstal et Pratt & Whitney qui fabrique le moteur F-135 du F-35 Lightning II. Les deux entreprises "réaffirmeront également leur partenariat croissant par la signature d'un Memorandum of Understanding, qui facilitera l'accès de BEC à de nouveaux marchés et aux technologies futures", conclut le communiqué.