Belgique Les retraités devront bénéficier, d'ici 2011, d'une pension mensuelle d'au moins 1.000 euros pour les isolés et d'au moins 1.200 euros pour ceux qui ont la charge d'un ménage. Cette mesure sera l'une des exigences des socialistes pour la prochaine législature, a indiqué dimanche le président du PS, Elio Di Rupo, devant 1.500 militants de son parti réunis à l'occasion de la conclusion des Etats-généraux des aînés.

Cette revendication figure dans le document de synthèse de ces Etats-généraux animés par Gaston Onkelinx. Au total, ce sont "3X20" propositions qui ont été formulées dans des domaines très divers qui vont de la sécurité sociale à l'accès à la culture en passant par l'aide aux personnes âgées, l'organisation des maisons de repos, les démarches administratives ou la lutte contre la fracture numérique.

M. Di Rupo en a énuméré un certain nombre dans son discours de clôture. Outre l'augmentation de la pension minimum, que touchent quelque 350.000 personnes, il a réclamé la revalorisation des pensions pour les travailleurs dont la carrière est incomplète afin de mettre un terme à une situation qui préjudicie surtout les femmes. Il veut assouplir les règles d'accès à la pension minimum en intégrant, par exemple, dans le calcul les années prestées à temps partiel. Actuellement, 46 pc des femmes ont une pension incomplète contre 27 pc des hommes.

Il a aussi demandé que l'on poursuive les efforts de liaison des pensions au bien-être en introduisant dans la loi la garantie que les moyens financiers qui y sont affectés permettront, au moins, de suivre l'évolution des salaires. Il a évoqué l'accès aux soins de santé, en proposant d'accorder le statut BIM (l'ancien VIPO) uniquement en fonction du revenu de l'intéressé et non plus de son statut, en encourageant la création de maisons médicales, etc.

Il a particulièrement insisté sur les efforts à fournir pour permettre aux aînés de continuer à vivre chez eux en soutenant l'aidant qui s'investit auprès d'une personne âgée mais aussi, par exemple, en réduisant la TVA sur les travaux d'aménagement d'une habitation (installation de rampes, aménagement du rez-de-chaussée, des sanitaires, etc.). Le président des socialistes francophones est également revenu sur les affaires qui ont secoué son parti. Le PS a sanctionné et sanctionnera encore ceux qui se sont mal conduit mais il n'entend pas que d'autres partis jettent l'opprobre sur les socialistes parce que certains ont eu des comportements inacceptables, a-t-il expliqué.

"Nous avons connu des temps plus faciles mais on ne peut pas comme certains partis, avec une inélégance qui me gêne, faire porter l'opprobre sur toute la famille socialiste. Toutes les familles politiques ont connu leurs difficultés et, depuis que je suis président, je me suis toujours abstenu de dire aux responsables des autres partis que toute leur communauté était mise en cause parce que l'un ou l'autre avait fauté", a-t-il lancé.

Il ne souhaite pas non plus que ces affaires occultent le travail fourni par l'ensemble des socialistes au quotidien. "Quelles que soient les circonstances de l'actualité, le plus important c'est de s'occuper des gens, des personnes qui connaissent des difficultés", a-t-il dit. Et de conclure, réjoui par le grand nombre de militants réunis dimanche et malgré les affaires: "Je suis un président heureux!".