Belgique

Comme le révèlent en exclusivité nos confrères de la "Dernière Heure-Les Sports" dans leurs éditions de ce samedi, des enquêteurs de la Police judiciaire fédérale de Liège ont mené, la semaine dernière, une perquisition au domicile d’Alain Mathot, le bourgmestre de Seraing, parlementaire fédéral sortant et tête de liste liégeoise aux prochaines élections législatives.

Ce devoir d’enquête est à mettre en rapport avec le dossier Uvelia, du nom de cette usine de traitement de déchets installée à Herstal. Une usine dont le marché, emporté par la société Inova, a nécessité un investissement final de 170 millions d’euros. En mai 2007, une lettre anonyme dénonçant des faits de corruption était parvenue aux autorités judiciaires. L’affaire a été confiée à la police judiciaire fédérale et au juge d’instruction Philippe Richard.

Au fil de leurs investigations, les limiers liégeois auraient réussi à démontrer l’existence d’importantes sommes qui avaient été versées depuis 2006 par la société Inova France à des sociétés écrans et autres entreprises de consultance. Diverses perquisitions avaient déjà été menées en octobre 2008, entre autres, à Intradel Herstal (l’intercommunale qui a commandé l’usine) et au domicile de Roger Croughs (le patron d’Intradel). Signalons ici que la lettre anonyme, dont plusieurs éléments ont donc été vérifiés mettait aussi en cause des hommes politiques liégeois, Alain Mathot son clan politique ainsi que Frédéric Daerden et son père, le ministre Michel Daerden.

Tous avaient démenti avec véhémence ces accusations. Début de cette semaine, des enquêteurs se sont toutefois rendus au domicile d’Alain Mathot, profitant de son actuelle absence d’immunité parlementaire. Divers documents y ont été saisis.