Belgique

Dans le cadre de la lutte contre la peste porcine africaine, le gouvernement wallon a adopté, ce jeudi, un arrêté prévoyant la possibilité d'un défraiement forfaitaire de 100 euros pour l'évacuation et le transport des sangliers vers le centre de collecte situé à Virton. 

Un second arrêté vise par ailleurs l'octroi d'un soutien aux ateliers de découpe de gibiers dans le cadre de la prise en charge des carcasses de sangliers chassés sur l'ensemble du territoire wallon à l'exception du périmètre infecté par le virus, annonce jeudi le ministre wallon de l'Agriculture, René Collin (cdH). Les personnes participant à la destruction des sangliers ont été contraintes de suivre une formation en biosécurité pour évacuer et transporter les carcasses de la zone infectée vers le centre de collecte basé à Virton où les prélèvements sont effectués en vue des analyses permettant de détecter le virus, rappelle le ministre.

"L'essentiel du matériel (bâches, gants, désinfectants, ...) est fourni par l'administration. Toutefois, il importe d'encourager les personnes qui sur le terrain mobilisent leur temps et leur moyen de transport en participant à l'effort collectif d'éradication du virus", ajoute-t-il.

A cette fin, un défraiement forfaitaire de 100 euros, quels que soient le sexe et la catégorie de poids de l'animal, est désormais prévu pour la collecte et le transport des carcasses. Cette disposition s'étale sur un minimum de 16 semaines, de novembre à février.

Par ailleurs, une compensation aux ateliers de découpe agréés de 70 euros par carcasse réceptionnée et transformée est également prévue, dans le respect des règles européennes, pour soutenir les ateliers de découpe de gibiers "afin de compenser les charges extraordinaires qui leur sont imposées". Cette mesure, précise René Collin, ne vaut que pour les sangliers chassés en dehors du périmètre infecté de 63.000 ha. et exclut de facto les carcasses de sangliers provenant d'un parc à gibier à des fins commerciales. Des contrôles seront menés et "à cet égard, il m'est possible de suspendre le mandat accordé aux ateliers intéressés en cas de manquements constatés", avertit encore le ministre.

"L'adoption de ces deux arrêtés est une réponse adéquate à la problématique de la gestion des carcasses de sangliers à la fois dans l'impératif d'éradication de la peste porcine africaine mais également dans la nécessité de diminution des populations de sangliers en Wallonie", conclut-il.

A ce jour, 344 carcasses de sangliers ont été analysées dont 296 au sein du périmètre infecté. Parmi celles-ci, on compte désormais 161 cas positifs.