Philippot assume le choix de la fiction

BELGA Publié le - Mis à jour le

Belgique

"Le choix d'une émission de fiction a été fait par l'ensemble des responsables de l'information, de la télévison, des rédactions, dans le respect de la procédure interne de la RTBF: il n'était donc pas improvisé et je l'assume", a déclaré jeudi l'administrateur général de la radio-télévision publique à la sortie de sa rencontre avec la ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan. Interrogé par les journalistes, il a aussi réitéré ses excuses "à titre personnel, par rapport à la surémotivité qu'on a pu déclencher".

Au cours de sa rencontre avec la ministre de l'Audiovisuel, Jean-Paul Philippot (accompagné du chef de l'information et de l'éthique Yves Thiran) a commencé à répondre à une série de questions de Mme Laanan sur l'émission-fiction de la RTBF consacrée au séparatisme, actuellement au centre de la polémique.

Il a été averti par la ministre des différentes enquêtes et informations en cours, dans l'optique des débats qui auront lieu la semaine prochaine au sein de la Commission de l'Audiovisuel du Parlement de la Communauté. Il s'attachera donc à répondre à ces questions au cours des prochains jours.

"Nous n'avions pas l'intention de créer une telle émotion mais plutôt d'aborder une vraie question, qui préoccupe les citoyens dans leur attachement à la Belgique", a-t-il précisé, admettant avoir été étonné par l'ampleur de certaines réactions.

Quant à la question du respect de la déontologie journalistique par les auteurs de l'émission, M. Philippot ne veut pas se prononcer, n'étant pas journaliste. Par ailleurs, les responsables de l'émission ont fait en sorte que son caractère de fiction puisse être constaté et vérifié par les téléspectateurs, a-t-il affirmé, faisant notamment référence au numéro de téléphone du "call center" qui figurait sur l'écran.

Pour lui, la polémique qui fait aujourd'hui rage pose, outre le choix de la fiction, la question de savoir si une chaîne de télévision peut traiter un sujet tel que le séparatisme. Sa réponse est clairement affirmative.

Le dossier sera évoqué lors de la réunion du Conseil d'administration de la RTBF vendredi après-midi.

Quant à la ministre Fadila Laanan, qui avait elle-même convoqué M. Philippot à son cabinet, elle a souligné à l'issue de la rencontre qu'une série de questions se posent après les réactions, parfois de panique, déclenchées par la RTBF. Des questions qui concernent notamment le moment où la signalétique (indiquant qu'il s'agissait bien d'une fiction) est apparue à l'écran. Si ses questions ont reçu des débuts de réponses, celles-ci ne sont pas suffisantes, a-t-elle dit.

La ministre a aussi insisté sur le rôle que jouera le Conseil d'administration de la radio-télévision publique, un rôle qui est fixé dans le décret sur la RTBF.

BELGA