Belgique

Le parlementaire flamand Christian Van Eyken (Défi), de la liste Union des francophones (UF), a été placé mardi sous mandat d'arrêt et inculpé d'assassinat, a-t-on appris mercredi du parquet de Bruxelles.

L'homme, dont l'immunité parlementaire avait été levée le 6 janvier dernier, est soupçonné d'être impliqué dans l'assassinat de Marc Dellea, le compagnon de Sylvia B., une amie et collaboratrice de Van Eyken avec lequel il aurait eu une relation. Sylvia B. elle-même est écrouée depuis la mi-octobre. En juillet 2014, Marc Dellea (45 ans) avait été retrouvé sans vie dans son lit à Laeken.

C'est sa femme de 38 ans, Sylvia B., qui avait averti les secours. Une blessure par balle avait ensuite été repérée derrière l'oreille du cadavre.

L'enquête entamée par le parquet de Bruxelles n'a pas permis d'identifier rapidement un suspect. Ce n'est qu'en octobre dernier que la veuve de la victime a été placée sous mandat d'arrêt. Le couple était sur le point de se séparer, selon l'enquête, notamment parce que Sylvia B. entretenait une relation avec Christian Van Eyken, dont elle était la collaboratrice.

Début octobre, des perquisitions ont eu lieu dans le cadre de cette enquête au domicile de Christian Van Eyken à Zaventem et à son bureau au Parlement flamand.

Le fait que le député du parlement flamand Christian Van Eyken (UF) a été arrêté dans le cadre d'un assassinat présumé ne change rien à son mandat de parlementaire. "Il conserve tous ses droits, même s'il est en détention préventive", a commenté mercredi le président du parlement flamand Jan Peumans (N-VA), interrogé par l'agence Belga. "Tout un chacun est non coupable jusqu'à la preuve du contraire", a ajouté le président du parlement flamand. Celui-ci a précisé qu'avant de renvoyer M. Van Eyken devant un juge, le procureur-général devait à nouveau adresser une demande au parlement.

Au passage, Jan Peumans a déploré ne pas avoir été informé officiellement, jusqu'à présent, de l'arrestation du député.