Belgique

Souvenez-vous. Jeudi, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a donné son feu vert pour créer 13 750 places d’école, dont 6 375 pendant l’année scolaire 2014-2015, à hauteur de 55 millions d’euros (LLB 29/11). Un plan d’urgence concocté par les ministres Jean-Marc Nollet (Ecolo, Bâtiments scolaires) et André Antoine (CDH, Budget).

Dès ce lundi, au sein de chaque commission du parlement de la FWB seront discutés l’ajustement budgétaire 2013 et le budget 2014. Le MR, dans l’opposition, compte bien cuisiner les ministres Nollet et Antoine car il s’interroge sur de nombreux points.

Sur les nouvelles places d’école. "Une chose est certaine, affirme Françoise Bertieaux, chef de groupe MR au parlement de la FWB, c’est que l’on va manquer de places en maternelle et en primaire à la rentrée 2014." D’après les différentes données que le MR a pu récolter, "nous estimons qu’il va manquer au moins 1 500 places. Et la vraie réalité, c’est quand, comment et où va-t-on construire ces places-là ?" Mme Bertieaux questionne : "Aurons-nous, oui ou non, ces 1 500 places au 1er septembre 2014 ? La réponse à cette question est floue."

Sur les travaux en "dur". Le gouvernement a décidé de consacrer 29,5 millions pour financer des travaux de rénovation et d’extension de faible coût, c’est-à-dire à 4 000 €/place. "Ce sont des bâtiments collectifs. Il faut un escalier de secours, une installation électrique particulièrement agréée, etc., indique Mme Bertieaux. J’ai le sentiment qu’en dessous de 1 500 €/m2, une rénovation, une extension est impossible. Donc, cela veut dire qu’ils prévoient, par enfant, une surface de 2,5 m2. Pour s’asseoir juste à son banc, je veux bien. Mais il faut les couloirs, les toilettes,… Je crains dès lors qu’avec 4 000 €/place, cela ne soit pas possible !" Le plan prévoit qu’en cas de dépassement du plafond de 4 000 €/place, ce sont les PO qui suppléeront. "Oui, mais avec quel argent ?"

Sur les 55 millions pour les 13 750 places. "D’où sortent ces 55 millions ?, enchaîne-t-elle. Ils sont clairement étalés sur plusieurs exercices. Mais pour l’exercice 2014, on ne les trouve pas. Seuls sont inscrits 2 millions." Elle reprend : "Une convention a été signée avec le Centre régional d’aide aux communes (Crac) pour 40 millions -et pas 55-, mais pour que le Crac apporte ces 40 millions, il y a un loyer annuel de 3,2 millions. Or, il n’y a que 2 millions inscrits cette année…" Et de dénoncer le "côté très déplaisant" de cette annonce : "C’est après moi, demain les mouches !, c’est-à-dire que les ministres Nollet et Antoine peuvent tenir facialement jusqu’au 25 mai 2014 (NdlR : date des élections). Mais après, pour tous les millions qui vont manquer et pour ce qui ne pourra pas être remboursé au Crac, ils s’en lavent les mains."

4Le prêt de la BEI. Six cents millions -dont 300 sont empruntés à la Banque européenne d’investissement (BEI)- permettront de financer la création de 17 839 places d’ici 2017. "Il n’y a pas un centime qui est provisionné dans le budget, pointe Mme Bertieaux. En outre, s’il est nécessaire que cela passe à l’ajustement budgétaire 2014, on n’a pas le temps d’en faire d’ici au 25 mai car, généralement, l’ajustement a lieu en juin-juillet. En d’autres termes, M. Nollet laisse le trou à ses successeurs."

Les investissements pour 1,2 milliard. "M. Nollet brandit toujours que le gouvernement a débloqué plus d’1,2 milliard au cours de cette législature pour la création de nouvelles places d’école, poursuit la chef de groupe. Nous les cherchons." Et de tenter de trouver une explication : "M. Nollet veut peut-être dire que l’addition de tous les moyens dans tous les fonds fait 1,2 milliard. Mais non, cela fait 670,4 millions, soit la moitié. De plus, cette approche n’est pas honnête car on ne sait pas si tous les moyens qui ont été inscrits depuis le premier budget de la législature ont été consommés." Comment dès lors arriver au double ? Soit "on additionne tous les chiffres qui apparaissent au budget initial et à l’ajustement, mais donc on compte deux fois les mêmes chiffres, et alors on arrive à près d’1,2 milliard, sauf que c’est faux !" Soit "c’est l’addition de tous les montants au budget depuis 2010 au potentiel de dépense de la BEI (600 millions)."

La répartition des places d’école. Outre les 13 750 places du plan d’urgence est programmée l’ouverture de 23 500 places à l’horizon 2017. "Mais à chaque annonce de M. Nollet, on nage en pleine confusion", déplore Françoise Bertieaux. Exemple ? "M. Nollet a annoncé 150 places en dur pour le fondamental à Jette quand l’échevin de l’Enseignement de cette commune affirme que ce sont des pavillons modulaires qui sont prévus."

Elle conclut : "Quand on démonte tout -les chiffres, les places, la localisation des places, la manière de les comptabiliser et de les mettre en exécution-, c’est une non-gestion du dossier."