Plastic Attack à Bruxelles: "On veut montrer l'absurdité des emballages dans les grandes surfaces"

Mathilde de Kerchove Publié le - Mis à jour le

Belgique

Environ 500 personnes ont participé à l’action citoyenne.

“Par cette opération, on montre aux gens qu’on n’a pas besoin de ces emballages” explique Victor Perez, un citoyen bruxellois venu participer à l’action collective Plastic Attack.

Ce sont quelque 500 personnes qui ont pris part au projet samedi après-midi, au Delhaize Anspach du centre-ville. Les participants procédaient toujours de la même manière : ils entraient, achetaient des aliments bien emballés, et jetaient ensuite à la sortie les emballages plastiques dans une caisse en carton prévue à cet effet. “Normalement on n’achète jamais ce genre de produits, mais là par exemple, on fait exprès d’acheter une banane emballée, pour montrer parfois l’absurdité de ces emballages” embraye Rubini Diana, qui accompagne Victor Perez.

Jeroen Verhoeven, bruxellois engagé, fait partie du comité à l’initiative de cette opération. “L’action Plastic Attack met l’industrie et les supermarchés devant leurs propres responsabilités. Les supermarchés doivent prévoir plus d’alternatives et faciliter aux consommateurs la tâche de réduction de déchets. Ils sont vite là pour adapter leur communication mais il faut surtout qu’ils adaptent leur politique, et qu’ils soutiennent les systèmes qu’on propose. On a l’impression qu‘ils cherchent parfois des nouvelles choses à emballer, alors que nous, on prône l’inverse”.

Pourtant, le Delhaize du boulevard Anspach ne semble pas de cet avis, puisqu’il a profité de l’occasion pour communiquer le désir de la grande surface de s’inscrire dans une dynamique plus durable. “Très rapidement on a constaté qu’on était dans la même dynamique, qu’on a le même agenda que ces citoyens. Delhaize fait pas mal d’efforts : on propose beaucoup plus de vrac dans les légumes, on a réduit de 15 tonnes les emballages pour légumes bio, etc. Ca montre qu’on est dans la bonne voie, et on veut faire encore plus d’efforts dans le futur, et on remarque que diminuer les emballages, c’est une responsabilité qui appartient à tout le monde : les clients, les fournisseurs, les producteurs. On n’est pas contre cette action, au contraire on la supporte complètement” affirme Roel De Kelver, porte-parole de Delhaize.

Mathilde de Kerchove

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Vidéo
    Un policier poignardé dans le parc Maximilien : l'agresseur est un Belge d’origine égyptienne

    La police a ouvert le feu sur l'agresseur.

  2. 2
    Vidéo
    Peste porcine africaine: voici ce qui serait la cause de la contamination

    Comme ce fut le cas à l'été 2017 en Tchéquie, il y a plus de neuf chances sur dix que le transport soit à l'origine de l'infection de sangliers par la peste porcine africaine au sud de la province de Luxembourg, a indiqué lundi le ministre wallon de ...

  3. 3
    Des jeunes Molenbeekois bloqués 24 h à l'aéroport de Tel Aviv avant d'être expulsés

    Confiscation de passeports, manque de communication, confinement dans un local, fouilles dégradantes puis interdiction d'entrée sur le territoire : les jeunes Bruxellois, membres de l'ASBL Bien ou Bien, ne sont pas prêts d'oublier leur (tentative de) voyage post-examen en Israël.

  4. 4
    Voici le plus beau mot néerlandais selon les non-néerlandophones

    Selon les non-néerlandophones, le mot "babbelen", que l'on peut traduire en français par "papoter", est le plus beau de la langue néerlandaise, ressort-il d'un concours organisé par la province du Brabant flamand avec l'agence flamande de l'intégration (Agentschap Integratie en Inburgering) et de l'ASBL De Rand dont le but est de "souligner le caractère néerlandophone" de la périphérie autour de Bruxelles.

  5. 5
    Vidéo
    "Jeff d’Anvers", membre des Hells Angels, tué pour s'être rendu en territoire ennemi

    La banlieue liégeoise est chasse gardée des Outlaws. Le Hells Angel "Jeff d’Anvers" l’a payé de sa vie.

cover-ci

Cover-PM