Belgique

Un peu plus de 15 pc des Belges (15,1 pc), soit 1.652.000 personnes, vivent sous le seuil de pauvreté, ressort-il du 5e annuaire fédéral en matière de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, présenté ce mardi à Bruxelles. Sans surprise, la crise persistante en Belgique et en Europe a aggravé la situation, d'autant que les mesures de lutte contre la pauvreté prises par le gouvernement Di Rupo n'ont pas eu les effets escomptés. Le seuil de pauvreté est fixé à 1.074 euros par mois pour un isolé et à 2.256 euros pour un ménage avec deux enfants.

Cette définition ne donne toutefois qu'une image partielle du problème, ont averti les auteurs de l'étude qui pointent dans leur rapport que 5 pc de la population belge, soit 561.000 personnes, vivent dans une situation de "privation matérielle". En d'autres mots, ces personnes ne peuvent payer ni leurs factures, ni leur loyer. Elles ne peuvent pas non plus se chauffer ou posséder une machine à laver ou une voiture.

"Les mesures pour combattre la crise de l'euro ont accentué le risque de pauvreté", soulignent encore les auteurs du rapport en estimant par ailleurs que les réformes entreprises par le gouvernement Di Rupo en matière de chômage n'ont pas amélioré la situation. Ainsi, le risque de pauvreté pour un chômeur isolé a été multiplié par six.