Belgique Le "War Heritage Institute" a été lancé au Musée de l’Armée. Un beau programme qui ne fait pas l’unanimité.

Steven Vandeput, le ministre de la Défense (N-VA) a bien choisi le moment pour lancer officiellement le "War Heritage Institute" (WHI) qui réunit désormais le Musée de l’Armée, l’Institut des Vétérans, le Pôle historique de la Défense et le Mémorial de Breendonk. Il a profité du 72e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre pour présenter la nouvelle coupole mémorielle au Musée de l’Armée face à un parterre très militaire.

La nouvelle institution ne devrait cependant pas négliger l’engagement des anciens prisonniers politiques, de moins en moins soutenus par les autorités et qui n’ont pas de relais actif de leur combat comme les victimes de la Shoah soutenues par la communauté juive. C’est en tout cas l’engagement pris par l’équipe de direction du WHI présidée ad interim par Michel Jaupart dont on a pu apprécier l’action à la tête de l’Institut national des Vétérans et Invalides de guerre.

Le Musée de l’Armée ne sera pas désossé…

Le regroupement sous une coupole unique n’est pas étranger à un besoin de rationalisation budgétaire. Mais, à en juger par le programme annoncé, les "anciens" ne devraient pas y perdre. D’autant plus qu’aux hauts lieux précités pourraient s’ajouter d’autres sites mémoriels. Steven Vandeput a en tout cas enfoncé le clou pour les "durs de comprenure" : pas question de démanteler le patrimoine fédéral. Le Musée royal de l’Armée ne sera donc pas dépouillé de ses trésors au profit des instances communautaires ou régionales.

Michel Jaupart a, lui, annoncé un programme alléchant à la fois numérique - géolocalisation des sites de 14-18 et registre des morts de la Grande Guerre - et d’expositions diverses. Ainsi, on réinstallera au Musée de l’Armée une section 1919-1945 plus digne de ce nom et on accueillera d’ici là un festival du film 14-18 et des expositions temporaires sur le raid sur Dieppe ou l’héritage de la Grande Guerre. Le "War Heritage Institute" investira aussi dans la mémoire active en soutenant en mai 2020 une nouvelle édition du Train des 1000 vers Auschwitz… Un beau programme mais plus d’un invité nous a dit rester un brin perplexe tout en disant croire à cette relance du devoir de mémoire…Christian Laporte