Belgique

Au cours des six premiers mois de l'année, 6.431 migrants en transit ont été interpellés. Dans 1.154 cas, il s'agissait cependant de personnes qui avaient déjà été interceptées, ressort-il jeudi des chiffres demandés par le site d'information flamand Apache à l'Office des étrangers. 

Ces données montrent en outre que de plus en plus de migrants sont comptabilisés deux fois dans les statistiques. L'ONG Médecins du Monde appelle dès lors à ne pas paniquer inutilement sur base d'une information erronée. Les chiffres que l'Office des étrangers publie ne filtrent pas les doubles comptages, alors que les empreintes digitales des migrants sont enregistrées à chaque arrestation. Pour la plupart, le système permet donc de déterminer si la personne a déjà fait l'objet d'une interpellation.

Depuis 2016, le nombre de doubles comptages sur tout le territoire a augmenté de 12,9% à 17,9%. Plusieurs chefs de corps interviewés par Apache relativisent donc les messages faisant état d'un "tsunami migratoire". "De mon point de vue, mais je parle aussi au nom de collègues d'autres zones de police, la problématique (de la migration, NDLR) est minimisée ou amplifiée", déclare Wim Pieteraerens de la police de Kruibeke (Flandre orientale).

L'ONG Médecins du Monde appelle donc à garder son calme. "Lorsque le nombre d'interpellations est chaque fois équivalent au nombre de personnes, cela crée faussement l'impression que l'on est 'débordés'", conclut leur porte-parole Emmy Deschuttere.