Belgique

L'indisponibilité des trains pour cause de réparation ou de panne a un impact considérable sur la ponctualité et le service rendu aux navetteurs. Un plan d'action pluriannuel a d'ailleurs été établi par la SNCB dans le but de réduire le taux d'immobilisation global du matériel de 30 % à l'horizon 2021.

Dans le plan d'entreprise de la SNCB, un plan d'action visant à réduire le taux d'immobilisation du matériel roulant est prévu. Ce taux d'immobilisation (mesuré les jours ouvrables à 7 heures du matin) du matériel - locomotives, automotrices, autorails, voitures - était en moyenne de 15,7 % en 2017.

Même si ce taux a diminué d'un peu plus de 2% par rapport à l'année 2014, "il reste trop élevé" pour Gianni Tabbone, président de l'association Navetteurs.be. "Il faut éviter au maxium que les trains soient et restent en hors service, cela créé des problèmes de capacité et provoque de nombreux désagréments auprès des navetteurs" ajoute-t-il. Et qui dit indisponibilité d'un train dit train supprimé ou composition réduite, et donc "des complications supplémentaire pour l'usager qui n'en avait pas besoin au vu de la situation générale de la ponctualité de la SNCB".

(...)