Belgique

Pas moins de 297 GSM introduits clandestinement ont été retrouvés l'an dernier dans les prisons. Ce qui fait en moyenne un GSM pour 35 détenus, rapporte vendredi De Tijd. 


La semaine dernière, on apprenait via des notes de la Sûreté de l'Etat communiquées par erreur par le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) l'existence de dysfonctionnements dans la gestion des personnes condamnées pour des faits de terrorisme et des détenus radicalisés, certains parvenant à communiquer de manière codée avec l'extérieur de la prison.

Interrogé par le député Koen Metsu (N-VA), président de la commission spéciale de la Chambre sur la lutte contre le terrorisme, Koen Geens a indiqué que 297 GSM avaient été retrouvés dans les prisons en 2017. Mais aucun dans les ailes sécurisées appelées DeRadex, où sont incarcérés les détenus radicalisés jugés les plus dangereux. Un GSM y avait tout de même été découvert en 2016, année de leur création.

De Tijd précise que les sections DeRadex comptent seulement 22 détenus, alors que 447 individus en lien avec le terrorisme séjournent actuellement dans les prisons belges.