Belgique

Près de 100.000 personnes ont participé samedi à la 23ème édition de la Belgian Pride Parade, selon les chiffres communiqués par la police. 

Les organisateurs de l’événement estimaient pour leur part une participation encore plus importante. L’événement a également rassemblé plus de 70 délégations. Cette année, sur le thème "Your Local Power", les responsables de l’événement ont exigé des administrations locales qu'elles œuvrent en faveur d'une politique LGBTI+ explicite et intégrée.

"Ce message est très important parce que les élections communales auront bientôt lieu. Il faut voir ce qui peut encore être fait au niveau local", explique le coordinateur de la Belgian Pride, Elio De Bolle.

"Nous avons plusieurs propositions, comme la nomination d'un échevin à l'Egalité des chances au sein des communes. Lorsque l'on voit le nombre de partis politiques présents au défilé, on peut se rendre compte que les remarquez que les décideurs réalisent aussi."

Les participants peuvent poursuivre les festivités au Pride Village au Mont des Arts où diverses activités et des concerts sont organisé jusqu'à minuit.

Le char de la N-VA pris à parti : cinq interpellations

Des contre-manifestants ont pris samedi le char N-VA pour cible à la Pride Parade à Bruxelles. Ils ont tenté de retirer les drapeaux et les bannières du parti qui participait à l’événement. La police bruxelloise a arrêté administrativement cinq personnes. Les responsables de la Pride Parade ont condamné l'incident. De nombreux partis ont pris part à la Pride Parade pour manifester leur soutien à la communauté LGBTQI+. Ainsi, l'Open Vld, MR, PS, CD&V, DéFI et, notamment, N-VA ont un char lors de l'évènement. Les contre-manifestants s'opposaient à la participation de la N-VA à la Pride Parade.

"Plusieurs personnes ont essayé d'enlever des drapeaux et des bannières du char N-VA. Après l'intervention de la police, cinq personnes ont été arrêtées administrativement", a fait savoir le porte-parole de la police de Bruxelles Capitale-Ixelles, Olivier Slosse.

Les organisateurs de la Parade de la Fierté sont conscients qu'il y a des partisans et des détracteurs de certains participants à la procession, mais ils condamnent les actions contre le char du parti nationaliste.

"Nous organisons une fête de la diversité et nous ne tolérons et ne condamnons aucun cas de violence physique et verbale. Il est important que tout le monde soit le bienvenu ici et que nous commencions à nous écouter les uns les autres", a déclaré le coordinateur de la Belgian Pride, Elio De Bolle.