Belgique "Le mouvement devient compliqué. Lundi après-midi, la police a brouillé les ondes GSM pour que nous ne puissions plus communiquer sur les réseaux sociaux et envoyer des vidéos. Ce mardi matin, les initiateurs du mouvement ont dû rentrer chez eux car ils sont surveillés personnellement. Et nous, nous n’osons plus nous exprimer sur Internet. Nous sommes donc passés au bouche-à-oreille, mais cela rend la mobilisation difficile."(...)