Belgique

Il n’y a pas un détective privé; il y en a trois. Le spécialiste d’abord : celui qui travaille dans le monde des assurances et y traque les fraudes. L’affilié ensuite : engagé à temps plein dans une société, il y observe les faits et gestes d’employés douteux. Le généraliste enfin qui, tel un médecin de campagne, sillonne les routes et a pour clients une majorité de particuliers et de PME.

"Les généralistes comme moi ne formons pas le gros des troupes, mais nous sommes ceux qui sont liés au mythe du détective de toujours, alors que le métier est somme toute assez classique. Nous aussi, nous avons nos routines", confie Didier François, détective et président de l’Union professionnelle des détectives privés en Belgique.

(...)