Rassemblement à Crainhem : La députée-bourgmestre de Rhode-Saint-Genèse brutalisée

BELGA Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le centre de la commune à facilités de Crainhem a connu dimanche midi une relative tension durant un heure trente à l'occasion du rassemblement de soutien à leur cause organisé par les bourgmestres non-nommés de trois communes à statut spécial de la périphérie (Crainhem,Linkebeek et Wezembeek-Oppem).

Aucun incident majeur n'a été déploré. La députée-bourgmestre de la commune à facilités de Rhode-Saint-Genèse, Myriam Delacroix (cdH) - qui a quant à elle été nommée par le ministre des Affaites Intérieures flamandes - a été brutalisée par des membres du TAK alors qu'elle tentait de rejoindre la place située devant la maison communale. Une personne a été légèrement blessée par un des nombreux oeufs lancés depuis une distance respectable par les contre-manifestants.

Les policiers ont procédé à un nombre très limité d'interpellations dans les rangs de ceux-ci.

Au sein du groupe de citoyens venus soutenir les bourgmestres, on a remarqué la présence en nombre de mandataires des FDF originaires tant de la périphérie que de Bruxelles.

Parmi ceux-ci: Olivier Maingain, le président du parti, Didier Gosuin, Antoinette Spaak et Martine Payfa, ainsi que plusieurs élus locaux et régionaux bruxellois.

L'aile libérale du MR était représentée par les députés fédéraux Daniel Bacquelaine et Denis Ducarme, le sénateur Alain Courtois, et le député-bourgmestre Philippe Pivin.

Le rassemblement a été l'occasion pour les quatre bourgmestres non-nommés, Arnold d'Oreye (Crainhem), François van Hoobrouck (Wezembeek-Oppem), Damien Thiéry (Linkebeek), et Véronique Caprasse (Crainhem) de rappeler les principes démocratiques sur lesquels ils fondaient leur candidature au poste qu'ils convoitent, pour trois d'entre eux, depuis les élections d'ocotobre 2006.

Sous les cris des militants flamingants ("Que la Belgique crève, "facilités, bêtises", "Crainhem flamande", "Rien pour la Belgique, tout pour la Flandre",...) Arnold d'Oreye a souligné qu'il fallait "continuer le combat sans faiblir pour la démocratie".

Véronique Caprasse a rappellé que le ministre flamand des Affaires Intérieures avait décidé de rejeter sa candidature à la nomination sans lui avoir posé la moindre question sur le rôle du bourgmestre.

François van Hoobrouck a établi un parallèle entre la non-nomination dont lui et ses collègues ont fait l'objet et l'absence de sanction des autorités flamandes à l'égard de huit bourgmestres flamands de la périphérie qui ont annoncé le boycot de l'organisation d'élections tant que l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvordee ne serait pas scindé.

Damien Thiéry a invité le ministre flamand des Affaires intérieures Geert Bourgeois (N-VA), le mnistre-président flamand Kris Peeters (CD&V) et le président de la N-VA Bart De Wever à "commencer par mettre la démoratie en application dans leur région" avant de se targuer auprès de l'opinion publique internatinale d'être "une nation exemplaire et douée du sens du compromis".

Faisant allusion à la récente décision de la Cour d'Appel de Mons qui a dénoncé les circulaires Peeters et consorts, il a jugé que la Flandre n'avait "que mépris pour le droit lorsqu'il ne lui convient pas".

"M. De Wever, vous prétendez que la Flandre peut se targuer d'être une société du 21ème siècle. Mais qu'attendez-vous pour demander à votre ministre Bourgeois de quitter le moyen-âge lorsqu'il s'agit de faire appliquer le droit des gens et d'appliquer la démocratie", a-t-il encore dit dans son discours de clôture du rassemblement.

Publicité clickBoxBanner