Belgique

L'arrêt prolongé des réacteurs de Tihange se traduira pour Engie par un excédent brut d'exploitation (Ebitda) légèrement inférieur à ce qui était indiqué pour cette année, a précisé lundi la directrice financière du groupe, Judith Hartmann. "Sur la fourchette d'Ebitda... nous nous attendons à être légèrement en dessous de l'indication que nous avions fournie au début de l'année en raison des problèmes de production nucléaire", a déclaré Mme Hartmann lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

Engie avait jusqu'alors évoqué une fourchette indicative d'Ebitda allant de 9,3 à 9,7 milliards d'euros.

Malgré l'annonce faite par sa filiale belge vendredi, le groupe s'attend à ce que ses déboires dans le nucléaire soient en grande partie compensés par de bonnes performances par ailleurs.

"Si l'on exclut le nucléaire, notre résultat net récurrent bénéficie toujours de la croissance", a souligné Judith Hartmann. "Nous bénéficierons en 2018 d'éléments positifs", "qui se sont déjà matérialisés sur les six premiers mois de l'année", a souligné la directrice financière.

Les réacteurs Tihange 2, Tihange 3 et Doel 4 souffrent d'une dégradation du béton dans le bunker sécurisé à côté du réacteur nucléaire.

Doel 1 et Doel 2 devraient démarrer les 10 et 31 décembre.

Tihange 1 fera l'objet d'une révision du 20 octobre au 28 novembre. Seul Doel 3 sera alors opérationnel.

Le président du sp.a pointe la responsabilité du cabinet Marghem

Le président du sp.a, John Crombez, a pointé lundi la responsabilité du cabinet de la ministre de l'Energie, Marie Christine Marghem, alors que se profile un risque de pénurie d'électricité en novembre, quand un seul réacteur sera disponible. "Une politique défaillante", a-t-il affirmé. Selon le président des socialistes flamands, le gouvernement fédéral - MR et NV-A en tête - a tout fait depuis le début pour saboter le développement d'énergies alternatives. "La gestion du cabinet Marghem était dans les mains d'Electrabel", a-t-il ainsi déclaré dans l'émission De Ochtend sur la VRT-radio.

Tous les débats au parlement sont restés lettre morte pendant que la facture d'électricité augmentait de 300 euros, un montant auquel pourrait s'ajouter 100 euros supplémentaires l'an prochain, a poursuivi John Crombez pour qui il est urgent de prévoir un plan d'investissements. Celui-ci permettrait notamment que l'argent de la réserve nucléaire, qu'Electrabel utilise actuellement pour ses propres investissements, soit utilisé pour construire de nouvelles centrales à gaz.