Belgique

Le vice ministre-président flamand Bart Tommelein (Open VLD) n'a pas souhaité s'exprimer vendredi quant aux déclarations de sa collègue Liesbeth Homans (N-VA), contredites par la Sûreté de l'Etat, dans le cadre de la décision de fermeture de la mosquée Fatih à Beringen. "Si une discussion est menée à ce sujet, elle doit l'être au parlement", a commenté M. Tommelein sur les ondes de Radio 1.

La Sûreté de l'Etat a indiqué jeudi soir que des "éléments de son rapport ont donné ieu à des conclusions qui n'ont pas été tirées par le service lui-même" dans le contexte de la décision par la ministre Homans de retirer la reconnaissance de la mosquée Fatih.

L'opposition a exigé que la commission des Affaires intérieures se réunisse ce vendredi afin de pouvoir entendre Mme Homans à ce sujet. Le sp.a et Groen souhaitent aussi pouvoir consulter le rapport de la Sûreté, si nécessaire à huis clos.

Les partenaires de coalition Open Vld et CD&V n'ont pas encore fait connaître leur position. Bart Tommelein a refusé de s'exprimer sur le fond de ce dossier pour l'instant. "Je me suis toujours promis de ne pas faire de déclarations concernant les compétences de mes collègues. Ils ont leurs tâches, j'ai les miennes", a -t-il commenté.