Belgique

Le tueur en série Michel Fourniret a été amené mercredi à Gedinne pour la reconstitution du meurtre de Mananya Thumpong, une jeune Française d’origine thaïlandaise qu’il a avoué avoir tuée en mai 2001.

Deux voitures de police, dont l’une convoyait Michel Fourniret, ont pénétré à vive allure, vers 09H30 (07H30 GMT), le périmètre de sécurité mis en place au centre de ce gros village, proche de l’ancien domicile de Fourniret, où doit se dérouler la première phase de la reconstitution.

Fourniret, un Français de 63 ans dont le procès pour sept meurtres est prévu en 2006, avait déjà été extrait de sa cellule mardi pour participer à la reconstitution du meurtre de Céline Saison, une autre de ses victimes présumées, mais il avait refusé de collaborer.

Les autorités judiciaires françaises espèrent toutefois qu’il affichera une meilleure volonté lors de la reconstitution du meurtre de Mananya Thumpong, que Fourniret a reconnu avoir enlevée le 5 mai 2001 à Sedan (nord-est de la France).

La jeune fille, qui paraissait plus que ses 13 ans et que ses proches avait surnommée «The Eyes » du fait de ses grands yeux foncés, avait disparu entre 17H30 et 18H00 alors qu’elle rentrait chez elle, en venant de la médiathèque municipale de Sedan.

Quelques ossements de l’adolescente avaient été découverts en mars 2002 en Belgique, dans le bois de Nollevaux (sud), à une trentaine de kilomètres de Sedan, dans une région que Michel Fourniret connaissait bien. Le reste de son corps a été retrouvé le 20 juin dernier au même endroit par les enquêteurs belges.

Tout comme le meurtre de Céline Saison, enlevée à Charleville-Mézières un an plus tôt, celui de Mananya Thumpong est resté inexpliqué jusqu’à ce que l’épouse de Fourniret, Monique Olivier, révèle en juin 2004 le passé de tueur en série de son mari.

Quelques jours après ces révélations fracassantes, Fourniret, qui était détenu depuis un an en Belgique pour l’enlèvement d’une jeune fille de 13 ans à Ciney (sud), avait reconnu les meurtres de Mananya Thumpong et de Céline Saison.

Mis en examen pour «enlèvement, séquestration, meurtre avec préméditation et viol », Fourniret reconnaît le rapt et le meurtre, mais il nie la préméditation et le viol Mananya.

Après la reconstitution à Gedinne du rapt et du viol, Fourniret, s’il accepte de collaborer, devrait être emmené dans le bois de Nollevaux, où il a reconnu avoir abandonné le corps de Mananya.