Belgique

La CGSP Cheminots va déposer un préavis de grève pour protester contre la réforme des pensions, annonce-t-elle mardi. La décision est intervenue à l'occasion du bureau exécutif fédéral de la CGSP qui s'est tenu lundi, lors duquel le secteur Cheminots s'est également positionné en faveur d'un plan d'actions intersectoriel. Ce qui provoque l'ire du syndicat socialiste des cheminots est le recul de l'âge de départ de la pension. La CGSP Cheminots constate "que le remplacement des tantièmes préférentiels par des coefficients de pénibilité va toujours entraîner une prolongation de la durée des années de carrière et/ou une diminution du montant de la retraite", déplore-t-elle.

Le syndicat affirme dès lors être totalement opposé à la réforme "puisque, désormais, plus aucun agent ne pourra partir à la retraite avant 60 ans et toutes les pensions seront revues à la baisse". S'il plaide pour une action intersectorielle, il déposera toutefois déjà un préavis de grève pour son secteur. Une date n'a pas encore été fixée, mais la grève pourrait se tenir mi-juin. "Nous évaluons le dossier au jour le jour", explique Ludo Sempels, secrétaire général néerlandophone de la CGSP Cheminots.

Dans le cas où la grève serait effective, il s'agira du premier test grandeur nature pour le service minimum. Celui-ci peut être invoqué depuis le début du mois de mars, mais n'a pas encore été mis en application.

La CGSP Cheminots relève en outre "qu'aucune liste des métiers pénibles n'existe" et s'insurge "contre l'attitude mensongère du gouvernement à ce sujet". La semaine dernière, un accord avait été annoncé au sein du Comité A de la fonction publique sur une liste de métiers pénibles. Une liste présentée comme à prendre ou à laisser par les syndicats. Le gouvernement n'a toutefois pas encore pris de décision à ce stade, parlant plutôt d'une avancée dans les négociations.

Le préavis de grève n'a été déposé que par les cheminots du syndicat socialiste. "Chaque secteur de la CGSP va maintenant consulter ses instances pour prendre position et nous la transmettre dans les prochains jours", explique Michel Meyer, président de la CGSP Services publics. Il précise que le climat de la réunion du bureau qui a pris place lundi était "très positif".