Belgique

LA CHAMBRE DU CONSEIL DE NEUFCHÂTEAU a dessaisi vendredi le parquet de Neufchâteau du dossier de Regina Louf, le «témoin X 1», à la demande de cette dernière. «Il est trop tôt pour dire où le dossier sera transféré», a indiqué le procureur du Roi de Neufchâteau, Michel Bourlet. Pour l'avocat de Regina Louf, peu surpris par l'ordonnance, le dossier de sa cliente devrait être pris en charge par le parquet fédéral. «Il est compétent en matière de criminalité organisée à grande échelle. Le dossier de ma cliente couvrant plusieurs arrondissements judiciaires, il me semble dès lors logique que le parquet fédéral prenne possession du dossier dans sa globalité», selon l'avocat. Pour rappel, Regina Louf avait dénoncé au cours de l'année 1996 de nombreux faits de pédophilie dont elle prétend avoir été la victime alors qu'elle avait 12 ans. Elle disait être en possession d'informations sur des faits qui se seraient déroulés dans plusieurs arrondissements judiciaires du pays (Gand, Anvers et Bruxelles), mais les enquêtes menées n'ont jamais permis d'étayer ses dires. A Neufchâteau, Regina Louf avait demandé 45 devoirs d'enquêtes complémentaires et souhaitait également que son dossier soit joint au dossier Dutroux-bis, relatif à des réseaux pédophiles. Le procureur Michel Bourlet, constatant pour sa part que les faits dénoncés n'avaient pas eu lieu dans son arrondissement, demandait à en être dessaisi. La chambre du conseil l'a suivi, afin de rester dans le cadre d'une bonne administration de la justice.

© La Libre Belgique 2003