Belgique

L'Office des Etrangers a retiré l'an dernier 1.020 titres de séjour, la plupart pour des fraudes liées au regroupement familial, un "record" selon la parlementaire CD&V Nahima Lanjri, citée mercredi dans le quotidien De Standaard, qui a demandé ces chiffres à la Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Maggie De Block (Open Vld). Une centaine de permis de séjour ont été retirés après que le juge eut invalidé le mariage, ou mariage blanc. La loi sur le regroupement familial est fréquemment utilisée par des personnes de nationalité étrangère désireuses d'obtenir un titre de séjour en Belgique, mais ces dernières années, elle a été durcie afin de mettre fin aux abus.

"Des contrôles sont également effectués dans les années suivant le regroupement familial. Ce meilleur suivi a un effet clair", explique Nahima Lanjri. Dans la plupart des cas, les retraits de titres de séjour réalisés l'an dernier l'ont été après que des contrôles répétés eurent démontré qu'il n'était pas question de vie commune, d'un vrai mariage ou d'une vie de famille.

Les ménages issus de l'immigration contribuent à l'économie belge selon l'OCDE

La contribution annuelle nette moyenne des ménages issus de l'immigration en Belgique est toujours positive selon un rapport de l'OCDE dont Le Soir fait écho mercredi. Ce n'est pas le cas dans d'autres pays comme l'Allemagne, la France ou la Pologne.

Selon le rapport publié en 2013, "Les perspectives des migrations internationales" de l'Organisation pour la Coopération et le Développement économiques (OCDE), la contribution moyenne des ménages issus de l'immigration, soit la différence entre les contributions à l'impôt et les prestations sociales perçues, est toujours positive en Belgique. Elle atteint 9.159 euros pour les ménages nés dans le pays, 5.560 euros pour les ménages immigrés et 16.830 euros pour les ménages mixtes. 

A titre de comparaison, cette contribution est négative dans des pays comme la France, l'Allemagne et la Pologne. Une distinction doit cependant être opérée entre les immigrés issus des pays dits riches, c'est-à-dire membres de l'OCDE, et les pays dits pauvres. Au niveau de la contribution nette, la Belgique figure parmi les pays où la différence entre ces deux catégories est la plus importante. Les ménages originaires des pays riches contribuent en moyenne de 6.000 euros de plus par rapport aux ménages issus des pays pauvres.