Belgique

Le ministre de la Défense Steven Vandeput a exonéré vendredi de toute "faute" les quatre officiers - deux généraux et deux colonels - qui avaient fait un pas de côté après avoir été soupçonnés de rétention d'informations sur la possibilité de prolonger la vie des chasseurs-bombardiers F-16 belges, que le gouvernement a décidé de remplacer. 

"Je constate aujourd'hui qu'aucune faute n'a été commise", a-t-il affirmé en commission de la Défense de la Chambre, convoquée en urgence pour prendre connaissance de - résumés sommaires de - deux audits commandés fin mars après des fuites dans la presse.

"Je retire (mes propos sur) une erreur d'appréciation majeure" de la part des gestionnaires de la flotte des F-16, formulés le 20 mars dernier sur la base des élements qui étaient alors en ma possession, a ajouté M. Vandeput (N-VA).

Il a aussi assuré qu'"aucune manipulation" n'avait été commise au sein de l'état-major, que personne n'avait commis de "faute professionnelle manifeste" à propos d'une rétention d'informations sur une possible prolongation de vie de ces avions au delà des 8.000 heures garanties par Lockheed Martin.

Le ministre a aussi souligné que les rebondissements de ces dernières semaines n'auraient "pas d'impact" sur le dossier de remplacement des F-16. Il s'appuyait sur l'enquête interne menée au sein du ministère de la Défense et sur l'audit externe comandé au Service fédéral d'audit interne, dont il a affirmé avoir reçu les résultats mercredi midi.