Belgique "Une année, j’ai eu 17 élèves sur 25 en échec, se souvient Valérie Béguin, professeure de mathématiques à l’Institut de la Providence de Namur. J’en ai parlé avec eux, ils m’ont tous dit que ‘les maths c’est barbant’". Depuis, l’enseignante a changé sa méthode : elle pratique la classe inversée. On apprend la théorie à la maison, on fait les exercices en cours. Et ses élèves voient la différence. L’année passée, Lorian suivait des cours normaux. " On écoutait juste, le prof était ennuyant." Reportage.