Belgique

La capacité de la Fédération Wallonie-Bruxelles à assurer la solidarité entre les Régions wallonne et bruxelloise et la consécration de cette dernière comme Région à part entière ont été au centre des allocutions prononcées mardi à l'Hôtel de ville de Bruxelles lors de la cérémonie célébrant la 40e fête de la Fédération (ex-Communauté) Wallonie-Bruxelles.

Tant le ministre-président Rudy Demotte que le président du parlement Jean-Charles Luperto ont assuré que la transformation de la Communauté en Fédération ne constitue nullement une agression envers la Flandre.

Le changement de dénomination de la Communauté a été largement évoqué. Pour MM. Demotte et Luperto, il en fait aucun doute que la création de la Fédération et les conséquences des accords institutionnels en discussion consacrent Bruxelles comme Région à part entière.

M. Demotte s'est réjoui des avantages qu'engendreront les accords en gestation pour les francophones: autonomie fiscale et socle commpensatoire pour la Wallonie, financement lié aux personnes et aux besoins pour la Communauté. Mais cela n'empêche pas que la gestion budgétaire devra plus que jamais être marquée par la responsabilité, a-t-il averti.

En marge de la cérémonie officielle, la chef de groupe MR au parlement de la Fédération, Françoise Bertiaux, a dit ne demander qu'à croire à un tel discours, tout empreint des mots responsabilité et effort. Mais il ne faudrait pas que cela reste un discours de 27 septembre: "je n'aurai de cesse de rappeler ses propos au ministre-président", a-t-elle averti.