Belgique

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant a dévoilé mardi les quinze mesures que contient son plan d'action pour davantage de sécurité routière, à l'issue des Etats Généraux de la sécurité routière. Impliquant le citoyen, qui était demandeur d'une telle participation, le texte prévoit notamment une tolérance zéro en ce qui concerne l'alcool pour les conducteurs novices, une simplification du code de la route, une systématisation de l'obligation du dispositif d'éthylotest antidémarrage et la création d'un institut de l'accidentologie dans le courant de l'année 2016.

Selon les estimations de l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), 755 personnes seront décédées sur nos routes d'ici la fin de l'année 2015, soit une augmentation de près de 4% par rapport à 2014 (727 tués). A ce propose, la ministre entend maintenir l'objectif de réduction de 50% du nombre de tués sur les routes d'ici à 2020 (420 au maximum). Elle y ajoute celui de réduire de 30% du nombre de blessés graves pour 2025.

Pour ce faire, quinze mesures ont été présentées mardi. Le plan de Mme Galant prévoit de simplifier le code de la route via des règles plus claires, d'adopter une réglementation claire et sécurisante pour l'usage de vélos électriques et d'instaurer la tolérance zéro en matière d'alcool au volant pour les conducteurs novices (3 premières années de conduite), pour lesquels le risque d'accident grave est plus élevé.

En ce qui concerne la récidive, la ministre veut systématiser l'obligation d'un éthylotest embarqué, en particulier pour le transport de personnes et les récidivistes, et faire supporter en tout ou en partie le coût des peines alternatives aux contrevenants. Elle entend arriver à une meilleure exécution des amendes en la matière.

2016 verra la création d'un institut d'accidentologie. L'obligation d'une boîte noire dans les véhicules neufs sera en outre soutenue.

Le plan prévoit par ailleurs d'augmenter le risque de se faire contrôler grâce à l'utilisation, par tous les services concernés, de données fiables et mises à jour en temps réel, de réduire les fraudes dans le transport routier grâce à des contrôles mieux coordonnés et mieux ciblés, de systématiser l'usage de caméras de reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation (ANPR) et de radars-tronçons. La ministre veut également améliorer la qualité des contrôles alcool et drogues en ayant recours à des appareillages plus rapides, et continuer la mise en oeuvre de la directive "Crossborder", qui permet l'échange de données entre Etats membres pour les infractions routières les plus fréquente.

Enfin, Mme Galant souhaite créer une plateforme de concertation pour la prévention des accidents.

"Ce sont les Etats généraux de la transition", a-t-elle déclaré. "La consultation ne s'est pas limitée qu'aux experts mais a également inclus les usagers. Le texte ne comporte pas que des recommandations, il intègre des mesures claires. Il faut réduire la gravité des accidents et lutter notamment contre la vitesse excessive et la conduite sous influence", a-t-elle encore dit, assurant vouloir qu'un conducteur sur trois soit contrôlé chaque année.