Belgique

L'ULB remettra, le 26 avril prochain, les insignes de docteur honoris causa à Ken Loach. L'université précise que le cinéaste britannique est "reconnu pour son œuvre militante relative aux conflits sociaux et à la lutte pour le droit des travailleurs ou des immigrés clandestins".

L'alma mater précise encore que "les films de Ken Loach posent la question d’un futur qui ne peut se concevoir qu’avec courage, loin des happy-ends artificiels. Son cinéma radical, adulte, nous force à admettre que les enjeux de notre monde sont entre nos mains, nous incitant à être des spectateurs-citoyens, loin de toute passivité et de tout conformisme".

Cette distinction prévue par l'ULB a suscité l'ire de certaines associations juives, qui ont signalé leur "consternation" par voie de communiqué. Selon elles, le réalisateur ne devrait pas recevoir une telle récompense. "Sa tolérance inacceptable à l’antisémitisme et la forme révisionniste qu’il donne à son engagement pour la Palestine sont incompatibles avec les valeurs de respect que l’ULB doit incarner et mettre à l’honneur à l’occasion de cette cérémonie", estiment-elles.

"Ken Loach a développé une haine obsessionnelle d’Israël jusqu’à faire du sionisme un mouvement allié des nazis et à considérer que les communautés juives attachées à cet Etat sont des entités hostiles", assurent ces cinq associations ("Le Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind", "Continuité des Anciens Résistants Juifs de Belgique", "L’Enfant Caché", "L’Union des Déportés Juifs de Belgique - Filles et Fils de la Déportation" et "L’Union des Etudiants Juifs de Belgique".

Selon elles, "Ken Loach est à ce point obsédé par Israël qu’il en devient incapable de dénoncer l’antisémitisme et le négationnisme lorsqu’ils s’expriment au sein même de sa famille politique. Alors que des incidents antisémites se multiplient au sein du Parti travailliste britannique depuis qu’il est dirigé par Jeremy Corbyn, Ken Loach se range systématiquement du côté des militants travaillistes aux idées ouvertement antisémites et conspirationnistes tout en affirmant qu’il n’a jamais entendu ni lu le moindre propos antisémite de leur part."