Belgique Dix motards sont soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat de Jean-François Nyssen, 52 ans, en 2015.

Ce vendredi après-midi, le procès de dix motards soupçonnés d’être impliqués dans l’homicide de Jean-François Nyssen, 52 ans, a débuté devant la chambre criminelle du tribunal correctionnel de Liège.

Frédéric, 44 ans, Alexandre, 30 ans, Michel, 31 ans, Olivier, 36 ans, Stéphane, 31 ans, Patrick, 55 ans, Alain, 54 ans, Noël, 31 ans et Maurice, 67 ans, doivent répondre de leur responsabilité dans les faits à des degrés divers.

Le 26 décembre 2015, une personne avait prévenu d’autres motards que des membres des Hells Angels se trouvaient dans un café situé près d’Oupeye. Un premier passage en voiture a été effectué, notamment par Frédéric. Il a alors été décidé de se rendre en groupe sur place pour faire partir les Hells Angels.

Selon certains témoignages, les protagonistes ignoraient que Frédéric était armé d’un couteau. Celui-ci aurait précédemment eu maille à partir avec Jean-François Nyssen à la suite d’une affaire examinée par le tribunal correctionnel de Huy.

Alexandre a porté un premier coup de poing à Jean-François Nyssen alors qu’il se trouvait à l’extérieur du café, aux toilettes. L’homme aurait été armé.

C’est ensuite que Frédéric lui aurait porté des coups de couteau tandis qu’un autre homme jetait des verres à Alexandre. Un autre Hells Angel a été blessé au dos par un coup de couteau.

Les autorités mettent à la charge de plusieurs prévenus une prévention de meurtre prémédité, c’est-à-dire d’assassinat. Ce sera aux juges de trancher le caractère préparé de cette agression mortelle.

Plusieurs prévenus doivent également répondre de port d’arme à feu.

Cette première audience a été consacrée aux témoignages des médecins légistes qui ont examiné le corps de Jean-François Nyssen. Le Dr Françoise Renardy et le Dr Simon Cauchies ont été entendus par la chambre criminelle. Ils ont détaillé les lésions qu’a subies la victime.

Jean-François Nyssen souffrait d’un coup de couteau au thorax qui a touché le cœur alors qu’un second coup a atteint l’artère carotide au cou. Les causes du décès seraient mixtes et concomitantes.

Jean-François Nyssen présentait également une plaie à la carotide, un traumatisme crânien et a été victime d’une défaillance cardiaque pendant l’opération. "Le décès a été provoqué par les conséquences cardiaques et vasculaires de lésions occasionnées au moyen d’un instrument piquant-tranchant", ont expliqué les médecins légistes.

Les versions des différents protagonistes de ce dossier ont varié dans le temps. Ce sera à la chambre criminelle de faire la lumière sur ces faits. La prochaine audience est prévue pour lundi matin.

Un procès sous très haute sécurité

D’importants moyens ont été déployés au palais de justice mais aussi dans toute la ville de Liège, où a débuté hier le procès des dix motards poursuivis dans le cadre de l’homicide de Jeff Nyssen.

Septante policiers fédéraux sont venus grandir les rangs des policiers locaux. "Les faits s’étant déroulés dans le cadre d’un règlement de compte entre deux bandes de motards, les Hell’s Angels et les Outlaws, des mesures de sécurité seront prises durant toute la durée du procès pour prévenir tout problème dû à la mobilisation élevée des membres de ces deux clans", a indiqué la police.

Le bourgmestre a signé un arrêté de mesures de police administratives. Ainsi, il est interdit de porter des couleurs ou tout autre signe distinctif d’une appartenance à un quelconque club de motocycliste. De même, les tatouages doivent être couverts sur toute la zone de Liège.

Les personnes qui n’ont pas pu entrer dans la salle d’audience, qui ne comporte que 45 places, n’ont pu rester dans le palais de justice. Une arroseuse et un maître-chien étaient également sur place. En accord avec certains avocats des prévenus, il a été proposé à ceux-ci d’accéder à la salle d’audience par une porte différente pour ne pas avoir à croiser les membres des autres clubs.

La sécurité et les fouilles ont également été renforcées. Après ce premier jour de procès, Il n’y a eu aucun incident.