Belgique

On l'a vu: la loi de 2014 contre le harcèlement de rue ne fonctionne pas. En 2015, à peine trois plaintes ont été déposées à la police pour la Région de Bruxelles-capitale, selon des chiffres donnés par le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA).

Cela ne veut évidemment pas dire que le phénomène n'existe pas. Bien au contraire. Mais la loi telle qu'elle existe n'est pas adéquate pour lutter contre cette plaie vécue par de nombreuses jeunes femmes dans l'espace public.

Pour mesurer l'ampleur de la problématique et en décrire plus précisément la réalité, un appel à témoignages vient d'être lancé à l'initiative des jeunes femmes de Vie féminine. "Accostée à l'arrêt de bus, sifflée dans la rue, interpellée sur un banc dans le parc, frôlée dans le tram, insultée en sortant du boulot/de l'école, suivie en rentrant de soirée, harcelée sur Facebook, etc. Ce sexisme dans l'espace public, t'en as pas marre? Nous oui!", assènent les jeunes femmes de Vie féminine.

Le mouvement d'éducation permanente propose aux femmes concernées de remplir un questionnaire pour raconter ce qu'elles ont vécu. Objectif: récolter un maximum de témoignages et réclamer une évaluation et des modifications de la loi contre le sexisme dans l’espace public afin que celle-ci réponde vraiment à la cible qu'elle vise.

Le formulaire est disponible ICI.

Les données et coordonnées fournies dans le cadre de cette enquête serviront exclusivement au travail de Vie Féminine et seront traitées de manière anonyme.

​Il est ainsi demandé de décrire le plus précisément la situation vécue d'injustice sexiste dans l'espace public; la date et le lieu où s'est déroulé le fait; comment la victime s'est sentie pendant et après cette situation; si elles en ont parlé à leur entourage; si elles ont porté plainte et si non, pourquoi?

Les résultats de cette consultation devraient être disponibles en mars.