Belgique La commission attentats veut créer une "véritable chaîne de sécurité".

On a raté l’occasion de démanteler le réseau terroriste" qui a frappé à Paris et Bruxelles : la commission d’enquête parlementaire sur les attentats n’y va pas par quatre chemins. Pour elle, les services de lutte contre le terrorisme ont failli.

Les députés, qui travaillent depuis 13 mois sur les leçons à tirer des attentats de Bruxelles, s’empressent d’ajouter que "la Belgique n’est pas un Etat défaillant", comme cela a été dit çà et là.

Les députés ne pointent pas des responsabilités individuelles. Ce n’est pas le but, d’autant que cela pourrait mettre en péril d’éventuelles enquêtes pénales et disciplinaires, comme l’a noté le président de la Commission, Patrick Dewael (Open VLD). Ils ne désignent pas un service qui, plus que les autres, n’aurait pas été à la hauteur. Si l’on a "raté l’occasion de démanteler le réseau terroriste", c’est parce qu’il y avait des dysfonctionnements au niveau de l’architecture de la sécurité, notent dans ce rapport de 500 pages, les députés-commissaires.

(...)