Belgique

Smaïl Farisi a bénéficié d'une main levée du juge d'instruction en charge des attentats de Bruxelles, selon une information diffusée samedi par RTL et confirmée par le parquet fédéral. Sa détention préventive prend fin. Il est libéré sous conditions. 

Si la détention préventive de Smaïl Farisi n'est plus jugée nécessaire, il demeure inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes, comme auteur, coauteur ou complice.

Smaïl Farisi, né en 1984, a été arrêté le 11 avril 2016 en compagnie de son jeune frère Ibrahim, né en 1988, inculpé des mêmes chefs d'accusation. L'homme avait loué l'appartement de l'avenue de la Caserne à Etterbeek, d'où sont partis Osama Krayem et Khalid El Bakraoui le matin des attentats de Bruxelles et de Zaventem. Il utilisait également ce logement pour pouvoir toucher des allocations du CPAS et comme garçonnière, mais l'a également sous-loué à Khalid El Bakraoui.

Après les attentats du 22 mars 2016, Smaïl Farisi et son frère Ibrahim ont nettoyé l'appartement d'Etterbeek de fond en comble. Lors de la perquisition menée dans l'appartement de l'avenue des Casernes effectuée le 9 avril, aucune arme ni explosif n'avait été découvert.

Ibrahim Farisi a été remis en liberté à la mi-novembre 2016 par un juge d'instruction. Celui-ci estimait que sa détention préventive n'était plus nécessaire dans le cadre de l'enquête. Ce dernier a défendu ne pas savoir que Khalid El Bakraoui avait vécu dans l'appartement ou que lui-même avait dû nettoyer l'appartement parce que des terroristes y avaient séjourné.