Belgique

Interpellé mardi par des accompagnateurs de trains en grève qui dénonçaient le climat de violence dans les trains, le procureur du roi de Namur a indiqué que le parquet appliquerait la tolérance zéro à l'égard des auteurs d'agressions dans les trains de la SNCB. Bernard Claude a assuré aux représentants syndicaux qu'il allait prendre contact avec les différentes zones de police afin qu'elles avertissent systématiquement le parquet à chaque agression d'un accompagnateur de train. "Les accompagnateurs de train sont régulièrement victimes d'insultes diverses ou de menaces orales, ce qui n'engage pas de poursuites. Par contre, lorsqu'un couteau ou un cutter est montré, il s'agit alors de menaces par geste et là, il y a poursuites", a-t-il fait remarquer.

Besoin de 200 contrôleurs

Parallèlement à la "visite" à Namur, des accompagnateurs de trains de certains dépôts (Huy, Ottignies, Namur) ont débrayé mardi provoquant des perturbations sur certaines lignes ferroviaires. Des trains des lignes 124 (Charleroi-Bruxelles) et 161 (Namur-Bruxelles en passant par Ottignies) ont été supprimés par manque de personnel. Des portions de la dorsale wallonne (Charleroi-Namur ou Charleroi-la Louvière) ont aussi été touchées par le mouvement.

D'autres dépôts comme ceux de Charleroi, Arlon, Jemelle, Bertrix, Tamines et de Mariembourg ont observé un arrêt de travail par solidarité. Après la rencontre avec le procureur du Roi de Namur, les représentants des accompagnateurs de trains de la SNCB ont estimé avoir des apaisements sur leur principale revendication. Mais la grève étant prévue pour une durée de 24 heures, les perturbations se sont poursuivies jusqu'en fin de journée. Infrabel a indiqué hier que "d'éventuels retards de 15 à 20 minutes" étaient à craindre sur les lignes 124, 161 et d'autres encore. Le trafic devrait reprendre son cours normal dès ce mercredi.

Parallèlement à la violence, les accompagnateurs dénonçaient les retards dans le recrutement du personnel par la Holding SNCB. Le groupe n'aurait pas recruté suffisamment d'accompagnateurs. En 2006, il a recruté 85 accompagnateurs, les besoins sont encore estimés à environ 200 agents. Il indique qu'il fera le nécessaire pour procéder rapidement aux recrutements. Le groupe dit avoir engagé au total 1 637 cheminots en 2006 et entend en recruter plus de 2 000 en 2007.