Belgique Décédée dimanche, elle accompagnait la reine Fabiola depuis 1960. Evocation Christian Laporte

Elle a rejoint sa "patronne", un peu plus de deux ans après sa mort, dans la plus grande discrétion, à l’image du rôle effacé qu’elle a toujours joué derrière Fabiola : la comtesse Solange de Liedekerke s’est éteinte à Bruxelles à l’âge de 85 ans. Avec elle disparaît un des derniers témoins très proches du règne du roi Baudouin et de la reine Fabiola. Et plus particulièrement de la veuve de notre cinquième souverain puisque Solange de Liedekerke assuma sa fonction de 1960 à 2010.

Une fonction qui n’a cessé d’évoluer

Depuis le règne d’Albert II, la fonction de Dame d’honneur a évolué dans une direction plus protocolaire avec la princesse Nathalie de Merode et avec Anne van Rijckevorsel puis Charlotte de Moffarts. Sous le règne actuel, la reine Mathilde s’entoure de pas moins de cinq Dames d’honneur qui se relaient et l’épaulent dans ses sorties en Belgique et de par le vaste monde.

La comtesse de Liedekerke joua sans nul doute un rôle de confidente et d’assistante plus affirmé. Approchée par le Palais en 1960, elle répondit positivement à une invitation à se mettre totalement au service du roi Baudouin, et surtout de la reine Fabiola. De l’avis de ceux qui la connurent, ce fut une vraie vocation sacerdotale.

Disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept, elle assista le couple royal, dans une discrétion et même une abnégation exemplaires.

Pas question de l’interpeller sur ceux qu’elle servait lorsqu’on la croisait à une très rare réception qu’elle honorait de sa présence avec sa sœur et son beau-frère Paul Roberti de Winghe : elle affichait un mutisme poli et souriant, quitte à laisser les "royalty watchers" sur leur faim.

A cet égard, Solange de Liedekerke entre dans l’histoire parmi les grands serviteurs de la Monarchie qui œuvrent dans l’ombre mais qui rendent des services incommensurables… Ce n’était pas un hasard si elle avait choisi comme devise "En tout aimer et servir", puisée dans les "Exercices spirituels" d’Ignace de Loyola…