Belgique L’homme récupérait de sa nuit au volant de sa voiture tout près d’un bunker

De sources sûres, on apprend que Wivinne Marion aurait perdu la vie en voulant aider son assassin présumé.

Rappel des faits. Le 1er novembre dernier, Wivinne Marion, une habitante de Boninne (province de Namur), médecin pédiatre de 42 ans et maman de deux enfants, perdait la vie en faisant son jogging habituel d’environ 10 km.

Son chemin a malheureusement croisé celui de Xavier Van Dam, 28 ans, qui revenait d’une soirée à Meux. Le jeune homme, qui avait beaucoup consommé, avait quitté la soirée vers 6 h du matin et erré dans les campagnes de la Hesbaye namuroise pour échouer sur un terre-plein situé devant un bunker - ou plutôt un fortin - le long d’une route reliant Boninne à Champion.

Sans doute Van Dam devait-il dormir à poings fermés dans sa Renault Laguna et présenter des symptômes assez inquiétants pour que la victime ouvre la porte de la voiture afin de s’enquérir de son état de santé.

Mal lui en a pris, car Xavier Van Dam, tiré de son sommeil, aurait très mal réagi et lui aurait porté des coups. Rappelons que c’est à proximité de ce fortin que le téléphone portable de la spécialiste en néonatalité a été retrouvé par les enquêteurs.

La suite de la fuite de Xavier se raccroche aisément aux détails en notre possession : l’épisode de la rue du Bois Là-haut, où le brave fermier aperçoit à quelques centaines de mètres Xavier tabasser la joggeuse puis, lorsqu’il s’aperçoit que le fermier utilise son GSM pour vraisemblablement appeler la police, la jeter dans le coffre de la Renault et, enfin, faire un petit détour par Onoz, sur la commune de Jemeppe-sur-Sambre, là où le jeune homme émergera de son trou noir pour réaliser l’horreur de son geste en découvrant ses blessures aux mains et son tee-shirt taché de sang.

L’homme prendra ensuite la fuite vers les bords de Sambre à Flawinne afin de se débarrasser de sa voiture et du corps de sa victime, gisant dans le coffre. Le tout, sous la surveillance quasi constante des caméras de surveillance, ce qui a permis à la police de localiser l’assassin présumé et de l’intercepter à proximité.