Belgique

Agé de 51 ans, Stefaan De Clerck est né à Courtrai. Licencié en droit de la KULAK (antenne courtraisienne de la KUL), il a exercé comme avocat, toujours dans la même ville de Courtrai, dont il est bourgmestre.

Les débuts en politique de M. De Clerck ont été fulgurants. Entré au parlement fédéral en 1990, il avait déjà été cité comme ministrable lors de la formation du premier gouvernement Dehaene.

Cinq ans plus tard, il héritait du portefeuille de la Justice dans le second gouvernement Dehaene.

Mais en avril 1998, il devenait l'une des "victimes" politiques de l'affaire Dutroux, poussé à la démission à la suite de la courte évasion du plus célèbre des prisonniers belges.

Pourtant, c'est sous l'impulsion de Stefaan De Clerck (après l'émotion créée par la "Marche blanche" et les travaux de la Commission Dutroux) qu'une réforme accélérée du système judiciaire avait été entamée.

Stefaan De Clerck a présidé le CVP (puis le CD&V) de 1999 à 2003. Son accès à la présidence a succédé aux élections législatives ayant mené au rejet des démocrates-chrétiens flamands, après 40 ans de participation au pouvoir. Mais M. De Clerck avait enregistré un succès personnel et réussi à obtenir pour son parti des résultats satisfaisants aux élections communales de 2000.

C'est à ce moment qu'il est devenu bourgmestre de Courtrai, une fonction qu'il occupe encore aujourd'hui.

A la tête du CVP, Stefaan De Clerck a initié l'opération de renouveau, qui a débouché sur un congrès fin septembre 2001, au cours duquel le nouveau nom du parti, CD&V (Christen-Democratisch en Vlaams) a été adopté, de même que l'inclusion du modèle d'Etat confédéral dans le programme du parti.

Stefaan De Clerck a aussi été sénateur en 2003 et 2004 et est actuellement député.