Belgique

Depuis le 1er janvier 2012, une taxe annuelle indexée, de 500 euros, est d'application sur les distributeurs automatiques de tabacs, cigares ou cigarettes, placés dans les cafés. Cette taxe supplémentaire à charge des distributeurs causera très probablement la suppression de ces automates dans plusieurs établissements et amènera le secteur vers de plus en plus de faillites, a averti samedi la FedCaf Belgium, la nouvelle fédération des cafés de Belgique. "Après l'interdiction de fumer, une augmentation de 25% de la taxe sur les bingos dans la région bruxelloise, l'idée de diminuer le taux d'alcool de 0,5% à 0,2%, c'est au tour des députés wallons de prendre des mesures destructrices", s'indigne la FedCaf, qui n'a été informée de l'entrée en vigueur de la nouvelle taxe sur les distributeurs de cigarettes que vendredi, par les distributeurs.

Selon la fédération, la taxe réclamée représente presque le triple de la marge avant impôt. Et alors que le prix de vente des paquets de cigarettes est imposé, la taxe ne pourra donc pas être répercutée sur le consommateur, souligne la FedCaf.

"Les distributeurs automatiques de billets de banques, les guichets automatisés et les distributeurs de carburants (...) n'y échappent pas non plus. Mais, les banques et (...) les sociétés pétrolières, ont des possibilités de porter ces frais en compte aux clients".

La FedCaf craint que les autres régions du pays ne soient tentées de suivre l'exemple. Entre le 1er juillet - date d'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans le secteur- et fin décembre, plus de 2000 établissements ont fermé leurs portes, rappelle la fédération.