Tension communautaire lors de la mission princière

La rédaction Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le vice-Premier ministre wallon Jean-Claude Marcourt (PS) est le seul ministre régional présent à la mission en Australie présidée par le prince Philippe. Et visiblement, il ne regrette pas d’être venu aux antipodes. Mais il se garde bien de se prononcer sur le fait que la Flandre n’ait dépêché personne de haut niveau, pas même le patron du FIT (Flanders Investment and Trade). "A fortiori, j’ai bien fait d’être là", se contente-t-il de dire.

Dans le cadre de cette mission, une farde de documentation distribuée par les agences wallonne et bruxelloise à l'exportation (Awex et Brussels invest & export) fait polémique. Elle reprend en effet un dossier du Financial Times consacré à la Wallonie et dans lequel Jean-Claude Marcourt évoque le risque représenté par la succès de la N-VA sur les investissements étrangers.

Le ministre wallon y explique notamment qu'il n'est pas "heureux de la montée de la N-VA". Et il lance une attaque à peine voilée contre une certaine Flandre, comme il l’a encore fait récemment d’ailleurs. "Tout ce qui est nationaliste me répugne", lâche-t-il. "Et il n'y a pas que la Wallonie qui devrait être inquiète. Nous devrions nous inquiéter de la manière dont cela va affecter la confiance des marchés et des investisseurs", ajoute-t-il.

Les propos du ministre tenus dans le cadre de ce dossier fâchent les patrons flamands. Du côté de la Voka (patronat flamand), on affirme ainsi que les Régions n'ont rien à gagner à se faire concurrence. Du côté de l'Unizo (classes moyennes flamandes), on s'interroge sur la "valeur ajoutée de cet article pour les entreprises wallonnes et bruxelloises venues en Australie".

M. Marcourt, ministre de l'Economie et du Commerce extérieur, affirme pour sa part ne pas avoir demandé que cet article figure dans la farde mais il assume ses dires. Il se défend par ailleurs d'avoir financé ce dossier plutôt élogieux pour la Wallonie, alors que le président honoraire de la FEB, Rudi Thomaes, avait laissé entendre que la Wallonie y aurait mis de sa poche.

Marcourt profite de sa casquette

Jean-Claude Marcourt profite aussi de sa casquette de ministre de l’Enseignement supérieur pour pousser ici en Australie les coopérations entre universités. Ce qui s’est d’ailleurs concrétisé hier par la signature de MOU’s (memorandum of understanding) entre l’université de Liège, l’UCL et la Curtin University à Perth. Le partenariat avec l’université de Gemboux (ULg) porte notamment sur la recherche en matière de sécurité alimentaire. Pour ce qui est d’échanges d’étudiants, c’est n’est "pas évident car l’Australie est trop chère", souligne encore le ministre.

Publicité clickBoxBanner