Belgique

Entretien avec Louis Caprioli, Conseiller du groupe Geos, et ancien responsable de la lutte contre le terrorisme à la Direction de la surveillance du territoire (DST) française.


Etes-vous surpris par le fait que des terroristes soient prêts à frapper aussi rapidement en Belgique après les événements survenus en France ?

Non. Pour une raison simple : je pense que toute l’Europe est contaminée par cette mouvance. Et historiquement, la France et la Belgique ont été confrontées à des cellules terroristes liées au GIA et aux assassins du commandant Massoud, à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Je ne suis donc pas étonné que les services belges aient pu rapidement identifier des gens revenant de Syrie qui préparaient des attentats.

Ce qui s’est passé en France a servi de signal déclencheur pour différentes cellules terroristes qui seraient réparties en Europe ?

Pour l’instant, je ne vois pas de liens organisationnels. Dans toutes les opérations passées, chaque cellule menait ses propres opérations dans son pays, même si elles pouvaient parfois coopérer. Ce qui est important, c’est quand France on a vu une concomitance d’attentats avec deux types de revendications. D’un côté, Coulibaly, le responsable de la tuerie de personnes de confessions juive, se rattache à l’Etat islamique (EI). De l’autre, les frères Kouachi, qui ont assassiné les gens de "Charlie Hebdo", se revendiquent d’Al Qaïda.

Les cellules qui pourraient être réparties dans différents pays européens sont donc a priori autonomes ?

Elles sont autonomes mais avec des liens qui se créent. D’une part, parce qu’il existe des liens "historiques" entre les jihadistes belges et français. Et il est évident que parmi tous ceux qui sont partis en Syrie et en Irak, il y a une communauté qui se crée entre francophones, qui peuvent se fournir une assistance sous forme d’une aide logistique, d’échanges d’informations, d’hébergement, etc. Tout cela s’inscrit dans une sorte de solidarité entre frères qui défendent la communauté islamique. Si, demain, on établit des liens entre des cellules en France et des cellules en Belgique, il ne faudra donc pas être surpris. Un article à découvrir dans notre sélection Lalibre.be (4,83 euros par mois).