Belgique

Le secrétaire d’Etat N-VA à l’Asile et à la Migration, Theo Francken a annoncé ce mercredi matin introduire un recours au Conseil d'État contre la décision prise la veille par le Conseil du contentieux des étrangers (CCE).

Mardi, celui-ci avait annulé l’ordre de quitter le territoire d’Abdelhadi Sewif, l’imam de la Grande mosquée du Cinquantenaire.

"Nous sommes sûrs de notre fait. Les salafistes ne sont pas les bienvenus", a indiqué le secrétaire d'Etat. "Nous avons analysé la décision et examiné toutes les options. Nous allons en recours de cassation devant le Conseil d'Etat", a indiqué le cabinet du secrétaire d'Etat mercredi.

Le CCE considérait que "lorsque l’autorité prend une décision basée sur l’existence d’une menace pour l’ordre public, elle doit faire apparaître dans la motivation de sa décision […] en quoi le comportement personnel de l’intéressé constitue concrètement une menace actuelle, réelle, et suffisamment grave affectant un intérêt fondamental de la société. Une telle démonstration ne peut reposer sur de simples supputations ou sur des considérations générales".

Ce recours concernait le non-renouvellement de la carte de séjour de l’imam décidé par M. Francken. La décision de ce dernier reposait sur un rapport de la Sûreté de l’Etat datant de décembre 2016, dans lequel l’imam était notamment décrit comme "communautariste" et ayant des "positions rétrogrades concernant l’égalité hommes-femmes".

Me Hicham Chibane contestait ces dernières accusations. Il a présenté des textes des prêches de l’imam, qui sont publics et disponibles en ligne sur le site de la Grande mosquée. "Cette décision réhabilite l’image de mon client par rapport à ses positions, à son discours et à son ouverture aux autres communautés. Ses discours sont conformes au vivre-ensemble."

Début octobre, M. Francken annonçait avoir décidé de retirer la carte de séjour de l’imam d’origine égyptienne. "J’ai reçu des informations qui sont très claires sur le fait que c’est un homme dangereux pour la sécurité nationale de notre pays, c’est un salafiste", avait déclaré M. Francken.