Belgique

Fameux défi. L’accord gouvernemental stipule que, d’ici l’an 2020, le nombre de tués sur les routes belges doit avoir diminué de moitié par rapport à 2010, année au cours de laquelle 840 morts avaient été recensés.

Cet objectif s’aligne sur celui défini par les Nations unies et la Commission européenne. Mais pour qu’il devienne réalité, il reste pas mal de pain sur la planche.

Etats généraux

De fait. L’objectif paraît même très ambitieux. On l’a écrit, le nombre de morts sur la route était de 840 en 2010. En 2014, on a comptabilisé 715 victimes. Il y a donc progrès mais celui-ci est trop lent pour que les objectifs poursuivis soient atteints en 2020 et que ce nombre soit réduit de moitié.

C’est la raison pour laquelle, ce mardi, auront lieu des Etats généraux de la sécurité routière organisés par la ministre fédérale de la Mobilité, Jacqueline Galant (MR), l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) et le SPF Mobilité. La dernière grand-messe de ce type datait de 2011.

Tolérance 0 pour les jeunes conducteurs

Parmi les mesures envisagées par la ministre: une tolérance zéro concernant l'alcool chez les jeunes conducteurs pendant les trois ans suivant l'obtention de leur permis. Selon les journaux du groupe Sudpresse, le seuil de tolérance sera abaissé à 0,2g d'alcool par litre, contre 0,5 pour les autres. Le taux maximum de 0,2 g par litre est déjà en vigueur pour les professionnels. Il signifie concrètement l'interdiction complète de boire. Ce seuil technique a été choisi car, en-dessous, quelques bonbons alcoolisés suffisent à être déclaré positif.

La suite de ce dossier est à lire en intégralité dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4,83€ par mois).