Belgique

Tomy Delmotte n’avait que 26 ans. La nuit du 23 au 24 septembre, ce jeune homme fêtait son engagement récent dans une société de gardiennage au sein de la discothèque The Room de Gosselies entouré de quelques copains.

Selon les dernières informations, l’un de ses camarades se serait légèrement accroché avec une personne, à propos d’une cigarette. Tomy serait alors intervenu pour ramener le calme et séparer les deux hommes. Aucun coup n’a été échangé au sein de la boîte mais, visiblement, l’un des protagonistes a très mal pris l’algarade et a décidé de se venger, une fois les portes du club franchies. Et c’est Tomy qui en a payé de sa vie.

Sur un parking situé à deux pas, un certain Anas A., âgé de 27 ans, l’a retrouvé pour régler ses comptes. Tomy Delmotte n’étant pas un bagarreur, il a rapidement eu le dessous, d’autant que son adversaire est un champion de Muay Thaï, la boxe thaïlandaise qui se pratique tant avec les pieds qu’avec les poings.

Et manifestement , deux coups ont suffi à venir à bout du jeune homme. Un lui a cassé deux dents, l’autre lui a brisé un morceau d’os dans la gorge. Une fois son adversaire groggy, Anas A. l’a abandonné dans le fossé pour prendre la fuite. À l’arrivée des secours, Tomy avait cessé de vivre.

L’enquête, menée par la police judiciaire fédérale de Charleroi, a finalement permis d’identifier le suspect qui est passé aux aveux, ce mardi. Le boxeur a effectivement reconnu n’avoir frappé qu’une seule fois la victime. Les constatations médicales semblent attester qu’au moins deux coups ont été portés. Mais, à ce stade de l’enquête, l’intention d’homicide n’a pas été retenue par le juge d’instruction qui a inculpé Anas A. de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Pour la famille de Tomy, l’arrestation du suspect constitue une belle avancée. Reste l’impression que le jeune homme a bel et bien été "exécuté" par quelqu’un qui savait où il frappait.