Belgique

Serge Beghin, Viviane Vanacker et Bernard Van Dyck, tous trois échevins de l'ancien collège échevinal de Charleroi et qui avaient temporairement succédé à des collègues inculpés, ont été inculpés à leur tour jeudi par la juge d'instruction Baeckeland, à Charleroi, de faux et usage de faux par fonctionnaire public, dans le dossier dit des "collèges de signatures" et des faux PV de collège.

Serge Beghin était devenu échevin le 29 juin 2006, en remplacement de Lucien Cariat, qui était à l'époque incarcéré et qui reste notamment inculpé dans le dossier de l'ICDI de faux, usage de faux, abus de biens sociaux et détournement. Viviane Vanacker était, elle, devenue échevine une première fois le 7 mars 2006, en remplacement de Serge Van Bergen, impliqué dans le scandale de "La Carolorégienne", et qui avait été inculpé le 20 octobre 2005 de faux et usage de faux par fonctionnaire public, abus de biens sociaux et infraction aux lois sur la comptabilité. Serge Van Bergen avait, après cette inculpation, refusé de démissionner de ses fonctions d'échevin et il en avait finalement été écarté par une motion de méfiance votée par le conseil communal le 7 mars. Il avait alors introduit en extrême urgence un recours devant le Conseil d'Etat à la suite de cette motion de méfiance, et il avait été suivi, le Conseil d'Etat cassant la décision du conseil communal. Serge Van Bergen avait donc été réintégré dans ses fonctions.

Le 29 juin suivant, le Conseil communal votait une nouvelle motion de méfiance, et écartait à nouveau Serge Van Bergen de son mandat scabinal, ce qui avait valu à Viviane Vanacker d'être réinstallée échevine. Bernard Van Dyck était devenu échevin le 19 octobre 2005, en remplacement d'André Liesse, lui aussi impliqué dans le dossier de "La Carolorégienne". André Liesse était président de cette société de logements sociaux, et il avait été également inculpé de faux et usage de faux par fonctionnaire public, abus de biens sociaux et infraction aux lois sur la comptabilité. Serge Beghin avait été à nouveau choisi par le PS après les élections d'octobre dernier, pour siéger dans la première mouture du collège communal qui avait été installé le 4 décembre. Il en avait cependant été écarté, lors du remaniement qui avait vu le PS perdre le maïorat, en juillet dernier.

Le dossier qui vaut aux trois anciens échevins d'être entendus est celui des procès-verbaux de collège établis sur des "feuillets volants" et qui auraient été modifiés, ainsi que de "collèges de signatures", c'est-à-dire de documents qui auraient été signés en blanc par des membres du collège, et auxquels se seraient ajoutées ensuite des décisions prises en leur absence. Tous les autres membres de l'ancien collège, à commencer par l'ancien bourgmestre Jacques Van Gompel, et qui étaient tous socialistes, ont été inculpés de faux et usage de faux par fonctionnaire public dans ce dossier, et notamment Léon Casaert, qui a été bourgmestre de décembre à juillet dernier.