Belgique

La récompense de 250.000 euros promise par Delhaize dans les années 80 en échange d'informations menant à l'arrestation des auteurs des tueries du Brabant est toujours disponible, a indiqué lundi Roel Dekelver, porte-parole de la chaîne de magasins qui avait été la cible de plusieurs attaques sanglantes.

"Cela équivalait auparavant à 10 millions de francs belges, et cette somme est toujours d'actualité", a fait savoir Roel Dekelver. "Durant plus de 30 ans, la direction de Delhaize a mis cette somme à disposition en échange du tuyau menant à des avancées dans le dossier des tueries du Brabant. Delhaize, les clients et le personnel sont profondément affectés par ces attaques qui ont eu lieu à l'époque", ajoute le porte-parole.

"Pour l'instant, nous avons évidemment les yeux tournés vers la justice qui suit le dossier. Elle doit déterminer si des bons tuyaux ou des avancées sont enregistrés dans ce dossier. Il est encore trop tôt pour en juger. (...) Nous espérons bien sûr une percée, parce que cela a été un événement traumatisant pour quiconque a été impliqué de près ou de loin."


La N-VA demande le transfert du dossier en Flandre

Les députés N-VA Christoph D'Haese, également bourgmestre d'Alost, et Sarah Smeyers demandent au ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) "d'intervenir" dans le dossier concernant les tueries du Brabant, ont-ils indiqué lundi. Selon les deux nationalistes flamands, le dossier doit être transféré en Flandre et la capacité de l'équipe d'enquête doit être élargie. Les députés estiment que l'enquête a atteint un nouveau point "crucial", entraînant des choix importants. "Pour le bien de la recherche de la vérité, nous demandons au ministre Geens d'intervenir et de transférer immédiatement le dossier des tueries du Brabant en Flandre."

Les députés N-VA réclament par ailleurs le doublement de la capacité de l'équipe d'enquête. "La bande de Nivelles a 28 morts et 20 blessés sur la conscience, et seules 4 à 6 personnes participent à l'enquête", déplorent-ils.