Belgique

Le "tuyau en or" à même de faire avancer l'enquête sur les tueries du Brabant, évoqué par Jef Vermassen, l'avocat d'une victime, est une explication d'un ancien gendarme de la brigade d'Alost, rapportent jeudi Het Laatste Nieuws et De Morgen.

L'ex-gendarme affirme qu'il a dû donner l'ordre le 9 novembre 1985 de cesser la surveillance du Delhaize d'Alost une demi-heure avant la fermeture, soit quelques minutes avant l'attaque.

Il a mentionné le nom d'au moins un supérieur hiérarchique qui a donné l'ordre à la voiture R4 de fuir. Son témoignage suggérerait donc que l'attentat "était un travail interne à la gendarmerie".

Le contenu de la déclaration a été confirmée mercredi par plusieurs sources aux journaux, mais pas par l'avocat Vermassen.

Une "non-information"

Ce "tuyau en or" est une "non-information", selon Christian De Valkeneer, le procureur général de Liège en charge du dossier. "Les pistes avancées par monsieur Vermassen ont déjà été vérifiées et n'ont jamais abouti", a-t-il poursuivi.

© IPM Graphics