Belgique Jean-Marc Nollet accuse le fédéral de ne pas s’occuper des produits dérivés.

La guéguerre autour de la manière dont a été traitée la crise liée à la présence de l’insecticide interdit fipronil dans les œufs d’élevages avicoles belges ne s’est pas éteinte au cours du week-end.

Samedi, les écologistes francophones ont, par la voix de leur chef de groupe à la Chambre, le député Jean-Marc Nollet, réclamé le retrait du commerce des produits dérivés contenant du fipronil, comme les biscuits à la frangipane découverts en France.

Selon M. Nollet, la crise des œufs contaminés "est encore loin de toucher à sa fin, contrairement à ce qu’affirmait encore récemment M. Ducarme (MR). Si les œufs contaminés ont bien été retirés du marché, il n’en est rien des produits dérivés ayant utilisé de tels œufs dans leur processus de fabrication", a souligné le député écologiste.

Les gâteaux Lotus

Il cite en exemple la France, qui a annoncé samedi le retrait immédiat de gâteaux de frangipane Lotus fabriqués en Belgique car contenant des traces de fipronil en concentration supérieure à la limite réglementaire fixée par l’Europe (LMR de 0,005 mg/kg de produit). "Pourquoi des produits de consommation retirés du marché français, parce que ne respectant pas les normes européennes, peuvent-ils continuer à être vendus en Belgique ? s’est interrogé M. Nollet. L’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France procèdent au retrait de produits mais la Belgique refuse même d’informer les consommateurs sur la liste des produits ne respectant pas les normes. C’est incompréhensible et problématique", a-t-il ajouté.

Parmi les produits retirés du marché dans ces pays, on retrouve notamment des produits consommés par les enfants en bas âge : biscuits, plats préparés, gaufres, sandwichs, etc. "Les citoyens belges ont le droit d’être entièrement informés et les consommateurs, totalement protégés, en Belgique comme ailleurs en Europe et dans le monde", a conclu le député.

Un membre de la direction de Lotus bakeries a précisé que seuls quelques cartons ont été retirés des rayons en France et que la quantité de fipronil détectée se situait "bien en dessous du seuil de sécurité".

La mise au point de l’Afsca

Quoi qu’il en soit, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a tenu à rappeler, samedi, que des mesures sont prévues et appliquées en Belgique afin de retirer du marché les produits transformés à base d’œufs non conformes qui dépassent la norme réglementaire, même s’ils ne constituent pas de risque pour la santé publique. S’il est constaté que ces produits constituent un danger pour la santé publique, les consommateurs en seront immédiatement informés, via une procédure appelée "recall", a indiqué l’Afsca.

Ces procédures sont depuis des années définies au niveau européen, a ajouté son porte-parole, Jean-Sébastien Walhin.